Critique de film

Hell Driver

"Drive Angry"
affiche du film
  • Genre : Thriller - Vigilante
  • Année de production : 2011
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Patrick Lussier
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h44
  • Budget : 50 millions de dollars
  • Scénariste : Todd Farmer & Patrick Lussier
  • Musique : Michael Wandmacher
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Nicolas Cage, Amber Heard, William Fichtner, Billy Burke, David Morse,...
  • Récompenses :

Milton est prêt à tout pour rattraper les fanatiques qui ont assassiné sa fille et kidnappé le bébé de celle-ci pour le sacrifier à la prochaine pleine lune. Avec la séduisante Piper, il se lance à la poursuite de Jonah King et ses adeptes, du Colorado à la Louisiane. Pourtant, le chasseur pourrait bien devenir le gibier... Un homme mystérieux aux pouvoirs surnaturels, le Comptable, est lui-même à la recherche de Milton. Alors que la route devient le théâtre d'une véritable vendetta, une course-poursuite en cache une autre. Milton pourra-t-il rattraper King avant que le Comptable ne lui mette la main dessus ? Carburant à la rage et au bolide, Milton va poursuivre sa mission. Il n'a que trois jours...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Hell driver 3D - Bloody fucking Hell rider
Par : Samuel Tubez








Nicolas Cage semble choisir les films dans lesquels il tourne comme dans une partie acharnée de vogelpik. Après avoir repris du poil de la bête avec Bad lieutenant et Kick-ass, il retombe aussitôt dans des Apprenti sorcier et autres Dernier des Templiers peu engageants. Sa participation à Drive angry 3D (titré pour on ne sait quelle mauvaise raison Hell driver en français) sous la direction de Patrick Lussier (Dracula 2001, Meurtres à la St Valentin 3D, rien de très glorieux) laissait présager le pire. Pourtant, pour notre plus grand bonheur, le film confirme en partie ce que laissait entrevoir sa bande-annonce : Driver angry 3D est un cocktail explosif bien con et saignant comme il faut. C’est désormais prouvé, le port de lunettes stéréoscopiques est dangereux pour la santé. La preuve à l’issue de la projection : votre cervelle aura coulé sur vos genoux.

Drive angry 3D lance John Milton (Nicolas Cage), mort et échappé des Enfers, à la poursuite d’une secte satanique qui a décapité sa fille et enlevé sa petite-fille. Egalement poursuivi par un démon qui veut le ramener six pieds sous terre, il va faire équipe un peu par hasard avec une bombasse qui n’a pas froid aux yeux (Amber Heard).

Il n’en faut pas plus pour obtenir les bases d’une bonne série B décomplexée. Ajoutez à cela de crasses obscénités balancées à chaque ligne de dialogue, des bimbos qui se baladent la plupart du temps à poil (sauf Amber Heard, désolé les gars !), de grosses bagnoles qui rugissent et du sang qui gicle allégrement. Que demander de plus ? Une once d’intelligence ou de psychologie peut être ? Non, certainement pas ! Puéril, Drive angry 3D l’est avec fierté, et puisque c’est entièrement assumé, autant se laisser aller ! C’est là que ça devient fun et jouissif. Même Nicolas Cage semble avoir pigé le truc, puisqu’il nous fait un numéro d’imitation relativement jubilatoire, singeant presque à la perfection Schwarzy dans Terminator 2. C’est certes prévisible et on se fout même du peu d’enjeu exposé, mais au moins on rigole. Après l’avoir expérimentée dans Meurtres à la St Valentin, Patrick Lussier utilise même la 3D à bon escient, c’est-à-dire dans un but festif et rigolard, faisant jaillir les membres fraîchement sectionnés hors de l’écran, faisant gicler le sang sur vos lunettes et se permettant même un ou deux effets sympathiques (multiplication d’échelles sur un même plan, mise au net sur un gros calibre pointé sur les spectateurs,…). Résultat : c’est presque aussi marrant que Piranha 3D ! Presque, car Drive angry 3D aurait pu être encore plus généreux et osé, ne s’empêchant pas de retomber par instants dans des scènes à l’humour douteux (William Fichtner qui croise des ados boutonneux) ou à l’émotion inexistante (la jolie pépée qui promet au héros qu’elle ira jusqu’au bout avec lui), et s’offrant même pour le plus grand désarroi du spectateur un final dégueulasse digne d’un Ghost Rider. Bien heureusement, ça n’arrive pas toutes les deux minutes. Ouf, on a bel et bien évité le pire !

Dans ses moments les plus réussis, Drive angry 3D rappelle les meilleures bandes décomplexées du cinéma d’exploitation. Dans ses pires séquences, le film de Lussier ne vaut pas beaucoup mieux qu’un Ghost rider. Heureusement, on en est loin car en assumant pleinement son statut d’œuvre puérile qui ne se prend jamais au sérieux, le film de Patrick Lussier parvient sans mal à divertir les plus dévergondés. Va-va-voom !


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage