Critique de film

Griff the Invisible

"Griff the Invisible"
affiche du film
  • Genre : Comédie romantique, Super-héros
  • Année de production : 2010
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Leon Ford
  • Pays d'origine : Australie
  • Durée : 1h30
  • Scénariste : Leon Ford
  • Musique : Sep Caton, Lee Devaney, Larissa Rate
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Ryan Kwanten, Maeve Dermody, Patrick Brammall, Heather Mitchell, Chan Griffin, Toby Schmitz
  • Récompenses : Aucune

Le jeune Griff est employé de bureau. Il est socialement un peu inapte, il faut l’avouer. Mais la nuit tombée, il se transforme en super-héro masqué, prêt à défendre son quartier des malfrats. Son grand frère Tim a récemment emménagé en ville pour veiller sur lui. A côté de son cadet excentrique, il fait plutôt figure d’aîné coincé et conventionnel. En tout cas, sa petite amie Melody semble plutôt sur la même longueur d’onde que Griff. Elle tombe d’ailleurs rapidement sous son charme et, pour que son justicier ne soit plus la cible de la moquerie des autres, lui fabrique une combinaison d’homme invisible.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Griff the Invisible - Absence de griffe
Par : Quentin Meignant








Véritable touche-à-tout en matière de cinéma, l’australien Leon Ford est surtout connu pour ses apparitions dans des séries télévisées produites par HBO. Après la mise en scène de trois courts-métrages, l’homme a décidé d’ajouter une corde à son arc en 2010 en produisant, écrivant et réalisant son premier long, Griff the Invisible. Projeté dans le cadre de la Compétition Internationale du NIFFF 2011, le film suit le jeune Griff, un inadapté social notoire qui, grâce à son grand frère, a trouvé un emploi de fonctionnaire. Alors que, le jour, il souffre des brimades de ses collègues, il se change la nuit en vengeur masqué et s’en prend aux malfrats de tout poil. Bien décidé à surveiller son puiné, Tim vient s’installer en ville. C’est alors qu’il rencontre Melody, une jeune femme qui, en faisant la connaissance de Griff, en tombe éperdument amoureuse.

Directement dans la mouvance des nouveaux films super-héros (Kick-Ass, Super) dans son entame, Griff the Invisble se présente comme un espèce de pastiche de ce sous-genre à succès. Drôle et dotée d’une légèreté visiblement à toute épreuve, la première partie de l’œuvre se plaît à dépeindre le quotidien d’un attachant protagoniste principal incarné avec brio par l’excellent Ryan Kwanten, élevé au grade de star du petit écran suite à sa participation régulière à la série True Blood.

Ces bonnes dispositions mènent le spectateur vers une intrigue plutôt originale qui, malheureusement, ne tient pas la route très longtemps. Virant assez rapidement à la comédie romantique, Griff the Invisible fait rapidement fi de ses excellentes bases pour se décliner tel un ensemble stéréotypé, voire « américanisé ». La richesse et l’originalité du propos se voient alors complètement bafoués dans une seconde partie beaucoup moins amusante qui se verra néanmoins close par un petit twist intelligent.

Si Griff the Invisible se révèle être un questionnement plutôt fin sur la barrière qui existe entre rêve et réalité, le film de Leon Ford se voit rapidement sabordé par une arythmie trop prégnante et par l’irritante répétition de stéréotypes maintes fois usités.


Concours

Sondage