Critique de film

Game of Werewolves

"Lobos de Arga"
affiche du film
  • Genre : Horreur - Loups-Garous
  • Année de production : 2011
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Juan Martinez Moreno
  • Pays d'origine : Espagne
  • Durée : 1h43
  • Scénariste : Juan Martinez Moreno
  • Musique : Sergio Moure
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Mabel Rivera, Luis Zahera, Gerka Otxoa, Secun de la Rosa, Carlos Aceres
  • Récompenses : --

Game of Werewolves suit Tomas qui, après 15 ans d’une piteuse carrière d’écrivain, revient dans son village de Galice, où sa famille vient apparemment de recevoir certains honneurs. Tomas ignore toutefois la véritable raison de son retour : mettre fin à une vieille malédiction qui perturbe la vie du village depuis plus de 100 ans.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Game of Werewolves - Le Loup-garou de Madrid
Par : Samuel Tubez






Déjà auteur d’une comédie d’espionnage (Dos tipos duros) et d’un thriller (Un buen hombre),Juan Martinez Moreno prouve une fois de plus qu’il aime marier les genres avec Game of Werewolves (Lobos de Arga), une comédie lycanthropique qui n’est pas sans nous rappeler le célèbre Loup-garou de Londres, l’inoxydable modèle en qualité de mélange des genres.

Au début du XXème siècle à Arga, un village de Galicie, une terrible malédiction a transformé le fils de la marquise de Mariño en loup-garou. Cent ans après, jour pour jour, Tomás, dernier descendant de la famille qui fête le succès de son premier roman, revient à son village d’origine pour une cérémonie donnée en son honneur. Mais la vraie raison pour laquelle il a été convoqué, c’est pour être sacrifié afin de mettre fin à la terreur que pendant tout ce temps, le loup-garou n’a jamais cessé de faire régner dans la région...

Le film de Juan Martinez Moreno n’a pas sa langue dans sa poche. Malgré une première heure bourrée de dialogues et de répliques pas toujours forcément drôles (les premiers véritables éclats de rire ne surviennent que lors de la délicieuse séquence du doigt coupé), Game of Werewolves parvient sans mal à nous divertir grâce, dans un premier temps, à la bonne énergie de ses comédiens. Dans une belle ambiance gothique (les décors valent le coup d’œil), on y voit Gorka Otxoa, Secun de la Rosa (deux habitués de séries télés espagnoles) ainsi que l’irrésistible Carlos Areces (le clown triste de Balada triste et le voisin jaloux d’Extraterrestre) face à une malédiction qui transformera bientôt la majorité des villageois en hommes-loups affamés. Sans tomber dans un trop-plein de poncifs, le réalisateur (également auteur du scénario) remplit son cahier de charges lycanthropiques avec habilité, en nous délivrant une généreuse dose de loup-garou. Les bêtes, qui affichent un joli look rétro, sont magnifiquement mise en évidence et bénéficient de plusieurs scènes d’action (quasiment toutes réunies dans la dernière partie du métrage) mais, petite déception, elles manquent toutefois diablement de férocité et d’endurance (pas besoin de balles en argent pour en venir à bout, parfois même seulement quelques coups de mandales suffisent !). Dénué de véritables enjeux dramatiques, Game of Werewolves affiche une ambiance très décontractée (aucune frousse à l’horizon) pour ne parvenir qu’à son seul et unique but : nous faire passer un bon moment de divertissement en compagnie de nos amies les bêtes. Et ma foi, malgré de petites frustrations (n’attendez aucune grande séquence de transformation), les amoureux de lycanthropes devraient apprécier !

Sur le modèle du Loup-garou de Londres, Game of Werewolves tente de mêler humour et horreur, mais ne parvient au final qu’à nous amuser sans le moindre frisson. N’empêche, malgré des dialogues un peu long en début de métrage, on s’amuse franchement et les créatures ont vraiment de la gueule.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage