Critique de film

Dead Ball

"Deddobôru"
affiche du film
  • Genre : Comédie horrifique
  • Année de production : 2011
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Yûdai Yamaguchi
  • Pays d'origine : Japon
  • Durée : 1h39
  • Scénariste : Yûdai Yamguchi, Keita Tokaji
  • Musique : Nobuhiko Morino
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Kai Ato, Bobby, Mickey Curtis, Tak Sakaguchi, Miho Ninagawa
  • Récompenses : Aucune

Enfant, le prodige du baseball Jubei Vakyu causa la mort de son père. Devenu l’un des délinquants juvéniles les plus redoutés du Japon, Jubei est jeté en prison et rejoint l’équipe de baseball locale pour vaincre les Black Dahlia, une équipe féminine s’étant juré de décimer chaque équipe adverse dans des torrents d’hémoglobine. Dans l’ombre, l’administration pénitentiaire concocte un plan machiavélique.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Dead Ball - Bon et con comme un Sushi Typhoon
Par : Damien Taymans


Depuis qu’il a explosé la face de son père avec un lancer force 12, Jubeh s’est juré que plus jamais il ne jouerait au base-ball. Sauf que voilà, devenu délinquant notoire, quelques années plus tard, il se retrouve incarcéré dans un centre de redressement à faire frémir Chuck Norris. En guise d’accueil, une fouille anale à sec et sans préliminaires et, au menu de la cantine, le vomi des codétenus : Bienvenue au Club Merde ! Et manque de bol pour Jubeh, pour s’échapper de cet enfer, il va devoir tâter de la batte...

Près de dix ans après Battlefield baseball, Yûdai Yamaguchi (Versus, Le bahut des tordus) reprend les manettes d’un délire gorissime à base de base-ball, sport national du pays du Soleil levant, et retrouve, pour le coup, Tak Sakaguchi (Versus, Azumi), grand poseur devant l’éternel. Dès l’entame, le ton est donné : alors que le petit Jubeh s’entraîne avec son paternel, il s’élève dans la stratosphère (traînées de flammes de rigueur) et lui décoche une fireball vitesse v-v’ qui lui défonce la boîte crânienne et lui fait sortir les yeux des orbites... Deadball sera un manga live hyper-sanglant et méga-mal foutu ou ne sera pas. Ce joyeux bordel sanguinolent, bourré d’effets numériques du plus mauvais aloi, riche en situations gagesques où le scato (le fist-fucking de la fouille carcérale) et le toonesque (les coups de poings jaillissent au travers des combinés de téléphones) se succèdent sans transition, ne saurait paraître dépareillé face aux autres livraisons du cru Sushi Typhoon. Du haut de ses deux ans, le nouveau label de la centenaire Nikkatsu refuse la maturité et atteste que l’exercice Cold Fish de Sono Sion relevait plutôt de l’accident : d’Alien vs ninja à Deadball, la culture de l’entertainer déluré et potache noyé dans l’hémoglobine et les effets outranciers est restée intacte.

Fonctionnant à la fois comme spin-off et fausse suite du Battelfield baseball, Deadball relègue les zomblards sur le banc de touche et lui préfère les Black Dahlia, une équipée de yakuzas femelles vêtues d’un mini-short en cuir très seyant qui dégomment leurs adversaires l’un après l’autre en respectant à la lettre un règlement de jeu pour le moins permissif. En guise de public, une poignée de Nazis en uniforme dominée par la créatrice du tournoi et tortionnaire en chef à ses heures perdues, fête chaque exécution avec de la bouffe tandis qu’un zigoto, sous les sourires de sa potiche attitrée, commente en live les actions et exactions qui se déroulent sous ses yeux pour des milliers de téléspectateurs. Ainsi, Yamaguchi, une fois n’est pas coutume, s’aventurerait sur le terrain de l’analyse sociétale ? Que du contraire, pas gouailleur pour un yen, le Yûdai laisse juste son imagination débridée en mode automatique pour son propre contentement et, par extension, celui de son public qui n’osait plus croire à un retour gagnant depuis son pétaradant Meatball machine.

Suffisamment déjanté et riche que pour entraîner l’adhésion d’un public chauffé à bloc, Deadball réussit là où Helldriver, Karate Robo Zaborgar et Mutant girls squad avaient échoué avant lui. C’est con, c’est bon, c’est Sushi Typhoon...


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage