Critique de film

Cliffhanger, traque au sommet

"Cliffhanger"
affiche du film
  • Genre : Action, Aventure
  • Année de production : 1993
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA, Italie, France
  • Durée : 1h52
  • Budget : 65 millions de dollars
  • Musique : Trevor Jones
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Gabe Walker, alpiniste chevronné, est traumatisé par la mort d'une amie qu'il n'a pas réussi à sauver. Il décide d'abandonner son métier de secouriste en haute montage mais reprend néanmoins du service lorsque son amie Jessie lui demande de se joindre à une équipe de secours dans les Rocheuses lors du crash d'un avion. Le problème : les survivants sont en fait des malfrats à la recherche d'un butin. Ils décident de prendre l'équipe en otage et d'utiliser leur connaissance des lieux afin de retrouver de grosses sommes d'argent...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Cliffhanger
Par : Nicolas Zinque


« Froide soirée d’hiver, pas envie de sortir prendre un verre », affirme ce dicton*. Mais alors, que faire ? Comment tromper l’ennui autrement que par des galipettes sous la couette ? Les nuits polaires sont autant d’occasions de vivre sa vie par procuration, non pas en mettant du vieux pain sur son balcon, mais en se matant un bon film d’action, devant son poste de télévision. Et si vous allumez régulièrement votre petite lucarne durant ces mois frisquets, il y a de grandes chances que vous tombiez (au moins une fois) sur Cliffhanger, classique des blockbusters enneigés.

Pour nous réchauffer, ce marronnier cinématographique nous propose une traque au sommet entre, d’une part, des méchants bandits (très méchants) de carrure internationale et, d’autre part, des John Rambo de la grimpe. Un duel chaud bouillant en perspective, qui fait fondre à tous les coups les fans de films d’action musclés, façon années 90. Cliffhanger, c’est d’abord le retour survitaminé et victorieux de Sylvester Stallone, après un dérapage incontrôlé du côté de la comédie (L’Embrouille est dans le sac et Arrête ou ma mère va tirer !). Auteur du scénario, Sly s’est (re)trouvé un terrain de jeu à sa hauteur, lui permettant de mettre à nouveau en valeur son corps athlétique. Pas refroidi par les crêtes enneigées, il n’hésite pas à faire de la grimpette en t-shirt et à mouiller la chemise !
Pas question de s’embarrasser de réalisme ni de caractérisation : un prologue traumatisant, histoire de chauffer un peu les relations entre les protagonistes, et c’est parti pour le grand voyage ! Boooom ! Un crash d’avion ! Pan pan ! Eric Qualen (John Lithgow) et ses sbires mitraillent à tout-va ! Splash ! Le sang empourpre la neige immaculée ! Pshiiiiiiit, font les muscles saillants de Sly en glissant sur la neige ! Ah oui ma p’tite dame, ça c’est de l’action sans complexe comme on n’en fait plus ! Le film a beau avoir soufflé ses vingt bougies, il n’a rien perdu en efficacité, grâce à son rythme soutenu. Il bénéficie aussi du plaisir du fan, intact, de revoir l’interprète de Rocky en premier de cordée du box- office.

Sa présence et ses cascades font naturellement l’attrait d’un film spectaculaire, mais du reste plutôt quelconque. Il n’y a pas grand-chose à dire de la réalisation de ce sympathique faiseur de suites qu’est Renny Harlin (Le Cauchemar de Freddy, Die Hard 2, L’Exorciste, au commencement). Les yeux se portent davantage sur les effets spéciaux qui, à l’époque, avaient valu au film une nomination aux Oscars. En matière de cascades, on soulignera la présence de Wolfgang Güllich en doublure pour les scènes dangereuses. Ce prodige de l’escalade disparaitra malheureusement dans un accident de voiture avant les premières projections.

Cliffhanger fait partie de ces « grands » films d’action des années 90, sur lesquels on tombe toujours avec plaisir, une larme de nostalgie gelée à jamais au coin de l’œil. C’était ça nos contes d’enfance : le combat du Bien contre le Mal, mis en scène dans une rencontre improbable. Une conte spectaculaire et sympathique, mais un peu simplet tout de même…

* L’auteur est un obscur rédacteur en manque d’inspiration.


Concours

Sondage