Critique de film

Calvaire

"Calvaire"
affiche du film
  • Genre : Thriller - Thriller horrifique
  • Année de production : 2004
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Fabrice du Welz
  • Pays d'origine : Belgique, Luxembourg, France
  • Durée : 1h30
  • Budget : 1,71 millions d'euros
  • Scénariste : Fabrice du Welz, Romain Potrat
  • Musique : Vincent Cahay
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Laurent Lucas, Jackie Berroyer, Philippe Nahon, Brigitte Lahaie, Jean-Luc Couchard, Jo Prestia
  • Récompenses : Grand Prix du meilleur film fantastique européen, lors du Festival du film fantastique d'Amsterdam en 2005.
    Prix de la critique internationale, prix du jury et prix Première, lors du festival Fantastic'Arts en 2005 (Gérardmer)
    Nomination au prix de la meilleure photographie, lors des Joseph Plateau Awards en 2006.

Marc Stevens est un chanteur itinérant. A l'hospice, le concert est terminé. Celui-ci reprend la route, mais il tombe en panne au milieu de nulle part. M. Bartel, un aubergiste psychologiquement fragile depuis que son épouse Gloria l'a quitté, le recueille. C'est alors que commence le cauchemar de Marc : M. Bartel voit en lui l'incarnation de son ex-femme et tout le village est persuadé que celle-ci est rentrée au pays.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Calvaire - Terrifiant et malsain !
Par : Quentin Meignant


Le meilleur film belge qui ait jamais existé ! Fabrice du Welz nous montre la folie à l’état pur, une folie collective, barbare et sombre. La morosité du paysage ardennais en hiver ajoute encore au caractère malsain de ce métrage. La boue, la pluie, la neige, les voitures pour le moins mal en point, le décor a vraiment été étudié pour nous mettre mal à l’aise.

Dès la première scène et les avances de la pensionnée, nous comprenons que nous sommes devant un film hors normes. Ce sentiment ne fait que grandir quand Marc Stevens, petit chanteur sans envergure, croise le chemin de Boris (Jean-Luc Couchard, complètement méconnaissable), un jeune homme déphasé qui cherche sa chienne, visiblement imaginaire. A partir de ce moment, le cauchemar commence pour notre plus grand plaisir et ne finira que 1h15 plus tard !

Un film très intense donc mené de main de maître par le duo Laurent Lucas (Marc)-Jackie Berroyer (Bartel). Un Jackie Berroyer que l’on avait plutôt l’habitude de voir dans des rôles humoristiques (il interprète d’ailleurs un humoriste raté dans ce métrage) et qui nous surprend agréablement. Il est tout simplement terrifiant dans son rôle de fou dangereux.

La scène au bar du village est extrêmement impressionnante et nous conforte dans cette idée de folie généralisée dans un petit coin perdu où les années ne passent plus. A cet instant, on commence à se douter que le réalisateur va passer à la vitesse supérieure (Comment a-t-il fait ?) et nous offrir un final flamboyant !

Ce film est une bombe, un chef-d’œuvre, les mots nous manquent pour dire à quel point cette œuvre d’art (nous parlons bien ici d’Art avec un grand « A ») nous impressionne !


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage