Critique de film

Bloodwork

"Bloodwork"
affiche du film
  • Genre : Thriller horrifique
  • Année de production : 2011
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Eric Wostenberg
  • Pays d'origine : USA, Canada
  • Scénariste : David Nahmod
  • Musique : Lee Sanders
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Travis Van Winkle, Tricia Helfer, Mircea Monroe
  • Récompenses : --

Greg et Rod acceptent de participer à une expérience pharmaceutique afin d’arrondir leur fin de mois. Rapidement les tests sont de plus en plus violents et Greg, à qui aucun médoc n’a vraiment été administré, commence à ressentir les effets dévastateurs de véritables tortures sans anesthésie...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Bloodwork - Travail bâclé
Par : Quentin Meignant


Auteur du méconnu Sacrifice en 2005, Eric Wostenberg avait depuis totalement disparu de la circulation. Pour mieux revenir ? Très possible à en croire le pitch de son Bloodwork, produit par Lightning Entertainment et projeté en première internationale lors du BIFFF 2012. Bloodwork suit Greg et Rod, deux jeunes fauchés comme les blés qui acceptent de participer à une expérience pharmaceutique afin d’arrondir leurs fins de mois. Rapidement les tests sont de plus en plus violents et Greg, à qui aucun médicament n’a vraiment été administré, commence à entrevoir les effets dévastateurs du traitement sur ses congénères. Débute alors une lutte pour la survie…

Doté d’un pitch rappelant très clairement de nombreux thrillers médicaux ayant déjà eu cours par le passé, Bloodwork se distingue d’entrée de jeu par la présentation des deux protagonistes principaux, relativement perdus dans un environnement inconnu. Côtoyés par des personnages bizarres (dont un rappelle instantanément le personnage de Jeffrey Goines, campé par Brad Pitt dans L’Armée des 12 singes), les héros rendent la phase d’exposition plutôt fluide et le développement assez lent de l’intrigue passe donc au second plan.

Néanmoins, au moment d’aborder les choses sérieuses, c’est-à-dire de proposer son panel horrifique, Wostenberg ne parvient à aucun moment à faire preuve d’une quelconque malice. Dès lors, son scénario, qui se résume en fait à peau de chagrin, distille au fur et à mesure tous les clichés possibles et imaginables de ce type de production. Victime d’un traitement frileux la plupart du temps, là où la plongée dans la folie devait être totale, Bloodwork est sauvé par quelques effusions sanguinolentes, même si l’intrigue sombre dans le prévisible. Avec un twist final téléphoné et quelques scènes ratées, la dernière demi-heure du film est un long chemin de croix.

Se targuant de compter sur Eric Roberts au casting (l’acteur ne fait rien de plus que deux petites apparitions), Bloodwork, à force d’étaler ses défauts sans vergogne, constitue un simple petit téléfilm qui sera juste bon à sortir (un jour peut-être) en DTV. Malgré quelques indéniables qualités noyées dans le marasme ambiant, le film d’Eric Wostenberg se révèle être une grande déception.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage