Critique de film

Alien VS Ninja

"Alien VS Ninja"
affiche du film
  • Genre : Science-fiction, Action, Comédie
  • Année de production : 2010
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Seiji Chiba
  • Pays d'origine : Japon
  • Scénariste : Seiji Chiba
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Mika Hijii, Ben Hiura, Shûji Kashiwabara, Masanori Mimoto
  • Récompenses : --

Un combat acharné oppose ninjas et extraterrestres furibonds.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Alien VS Ninja - Big Z in Japan
Par : Fred Pizzoferrato


Depuis une douzaine d’années et le succès improbable de Versus, les Japonais semblent s’être fait une spécialité du métrage de série Z foutraque fonctionnant sur un concept prometteur, généralement synthétisé par un titre accrocheur. Nous vîmes ainsi d’improbables Killer pussy, Yo yo girl cop, Battlefield baseball, Robogeisha, Tokyo gore police, The machine girl, Vampire girl vs Frankenstein girl, etc.

Mélange d’action, de comédie débile et de karaté enrobé d’une bonne dose de gore, ces titres alternent l’amusant et le pénible mais attirent, immanquablement, un public “geek” restreint mais enthousiaste.
Nouvel avatar de ce cinéma bis décomplexé, Alien vs ninja se montre relativement divertissant en dépit de ses flagrantes limites. Son scénario, rudimentaire, cultive le minimalisme et se réduit à l’argument énoncé par le titre : une bande de Ninjas rencontre, dans une forêt, quelques aliens en maraude.

Les clans Oda et Tokugawa tentent de dominer le Japon tandis qu’une troupe de Ninjas appartenant aux Iga enquêtent sur une météorite tombée du ciel avant de s’écraser dans une forêt. Bientôt, les fiers guerriers nippons sont exterminés par des créatures extraterrestres particulièrement agressives et seule une poignée de survivants subsistent pour empêcher l’invasion venue de l’espace.

L’amateur aura tout de suite reconnu le mélange narratif d’empreints à Predator et à Versus mais le cinéaste transcende cette faiblesse en proposant un rythme soutenu et ramassé, emballant son métrage en à peine 75 minutes. Certes, la première partie traine un peu en jouant la carte de l’humour, rarement drôle, et en présentant une poignée de personnages caricaturaux mais la seconde rattrape ces faiblesses et donne dans l’action non stop, ne lésinant pas sur les affrontements spectaculaires et les passages bien sanglants.

Malgré un budget sans doute ridicule, Alien vs ninja délivre donc une solide dose d’action martiale et chorégraphie d’impressionnants combats entre les Ninjas et les Aliens. Bien sûr, ces derniers sont des figurants engoncés dans des costumes caoutchouteux plutôt ridicules et les quelques images de synthèse ne sont pas vraiment convaincantes mais, dans l’ensemble, le cinéaste tire adroitement parti de ses faibles moyens pour offrir un spectacle tonique et distrayant.
Les quatre principaux protagonistes sont, pour leur part, sympathiques et incluent l’inévitable beau gosse, l’indispensable vantard et le traditionnel peureux assurant l’essentiel des gags. Ceux-ci sont, toutefois, globalement ratés et se résument à présenter un type complètement à l’opposé de la vision traditionnelle des « combattants de l’ombre », à savoir un couard pleurnicheur incapable d’utiliser de manière correcte ses armes ou de se battre efficacement.

Aux côtés de ces trois mâles, Mika Hijii (vue dans le Ninja d’Isaac Florentine) incarne la Ninja Rin, aux qualités de combattante exceptionnelles mais, bien évidemment, dénigrée par ses « collègues » masculins sous prétexte qu’elle est une fille, d’ailleurs fort séduisante. La belle aura cependant l’occasion de démontrer ses talents lors d’une série de combats jouant largement du fétichisme et des sous-entendus sexuels même si, à la consternation générale, la nudité reste totalement absente de cet Alien vs ninja, heureusement beaucoup plus généreux au niveau du gore. Les scènes sanglantes, en effet, se succèdent avec une bonne humeur réjouissante et totalement inoffensive rappelant les plus belles heures de la « splatter comedy » des années ’80.

Bref, du pur divertissement, sans doute impossible à suivre pour un public « normal », mais qui devrait contenter les amateurs de zederie rigolote et saignante. A voir en toute connaissance de cause et, de préférence, à plusieurs et avec de la bière et des popcorn.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage