Critique de film

Action mutante

"Acción mutante"
affiche du film
  • Genre : Science-Fiction - Terrestre
  • Année de production : 1993
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Alex de la Iglesia
  • Pays d'origine : Espagne
  • Durée : 1h35
  • Scénariste : Jorge Guerricaechevarría, Alex de la Iglesia
  • Musique : Def Con Dos
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Antonio Resines, Álex Angulo, Frédérique Feder, Juan Viadas, Karra Elejalde, Saturnino García, Fernando Guillén, Jaime Blanch, Ion Gabella,...
  • Récompenses : Meilleur Maquillages et coiffures, Meilleure Production et Meilleurs Effets spéciaux aux Goya Awards 1993

Dans le futur, la société ne prend en compte que les personnes favorisées et marginalise tous les autres. Action Mutante, un groupuscule réunissant des personnes handicapés, décide de passer à... l'action. Emmené par Ramon Yarritu, le groupe kidnappe la fille d'un riche industriel...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Action Mutante - Le premier délire de De la Iglesia !
Par : Quentin Meignant






Avant de signer Action Mutante, Alex de la Iglesia n’était qu’un sombre inconnu, tout juste auteur d’un court horrifique du nom de Mirindas asesinas. Quelle surprise, dès lors, quand son film fut sélectionné au Festival International du Film Fantastique d’Avoriaz. Certes, le film fut coiffé au poteau par l’exceptionnel Braindead, mais la machine De la Iglesia était désormais lancée et on savait dès cet instant que rien ne ferait reculer cette bête de concours.

En effet, ce qui frappe en premier lieu quand on entame Action mutante, c’est l’humour omniprésent et complètement loufoque omniprésent dès les premières secondes. Comment un réalisateur, alors âgé de 29 ans, et dont c’est le premier film ose-t-il faire preuve d’autant de légèreté ? Il n’est pas donné à tout le monde de mélanger SF et humour avec autant de brio et pourtant De la Iglesia nous prouve dès les premiers instants ses capacités en la matière.

En fait, dès le générique et le lancement de la musique de Mission Impossible, le ton léger du métrage s’empare de nos zygomatiques. Dès cet instant, place à un spectacle d’une drôlerie incroyable : une bande d’handicapés physiques (et sûrement mentaux au vu de leur débilité profonde) veulent changer la face du monde grâce à leur organisation terroriste, Acciòn Mutante. Les dialogues, signés par le duo de choc formé par Alex De la Iglesia et Jorge Guerricaechevarría (fidèle à Dela Iglesia : Le crime farpait, Crimes à Oxford, Le jour de la bête,…), dotent le récit d’une aura humoristique supplémentaire, ajoutant au côté désopilant de l’entreprise. « Moi je suis un nain bossu, juif, franc-maçon et communiste », voilà qui donne d’emblée une idée du niveau atteint par les dialogues. Cette réplique fait partie de la présentation des terroristes de l’Action Mutante, séquence extrêmement drôle qui dériderait un dépressif chronique.

Pour améliorer le tout, De la Iglesia et son équipe nous abreuvent sans vergogne d’un gore exquis, qui rivalise avec la qualité exceptionnelle des décors et des costumes. Sans en remettre des tonnes et égaler un Braindead versant dans un gore outrancier, les effets spéciaux et gore laissent présager le talent de l’ami Alex pour ce qui est tripes et boyaux (il ne nous a plus jamais autant gâté de ce point de vue-là). Arrive alors la partie quelque peu « madmaxienne » du métrage avec l’atterrissage sur une planète au décor post-apocalyptique véritablement lunaire sur laquelle nos pseudo-héros doivent lutter contre une bande de sauvages, véritables animaux dans un monde sans limites.

Ce métrage est aussi l’occasion de découvrir des acteurs qui, quelques années plus tard, exploseront littéralement grâce à l’essor du cinéma espagnol. Alex Angulo, dans le rôle d’un siamois, sera retrouvé plus tard dans le rôle du curé dans Le jour de la bête (mais aussi Le labyrinthe de Pan), tandis que Karra Elejalde, héros de La secte sans nom et Timecrimes est irréprochable dans le rôle de José.

Bref, Action mutante est un véritable bonheur tant pour les yeux que les zygomatiques. Cette œuvre est légendaire puisqu’elle préfigure à elle seule l’immense carrière que nous livre(ra) De la Iglesia par la suite. A découvrir de toute urgence !

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage