Critique de film

Ghost Bastards - Putain de fantôme

"A Haunted House"
affiche du film
  • Genre : Comédie, Horreur
  • Année de production : 2013
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Malcom et Keisha viennent d’emménager dans la maison de leurs rêves. Mais leur bonheur est de courte durée car ils s’aperçoivent qu’un démon habite leur nouvelle demeure. Quand le démon possède sa femme, Malcom, déterminé à sauver sa vie sexuelle, fait appel à un prêtre, à un médium et à une équipe de ghost-busters pour l’aider.

Les critiques à propos de ce film

Critique de A Haunted House - Abnormal Activity
Par : Damien Taymans




Suffisamment mûr pour connaître les affres de la déconstruction, le found footage à tendance fantomatique montrait pour la première fois l’envers de son décor lors de la première bobine de Grave Encounters. Mais les Vicious Brothers abandonnent leur entreprise en chemin et se laissent embarquer en cours par le train de l’épouvante éprouvante. Conscients de l’ampleur de l’épreuve (scruter l’entièreté du cadre plus d’une heure durant pour tenter d’apercevoir les prémices d’une frayeur qui ne se pointe jamais), de fieffés fendards reprennent à leur compte la recette imposée par leurs prédécesseurs et la tournent en dérision avec un penchant prononcé pour l’allusion sous-ventrale ou l’absurde rustique. Le fauché Abnormal Activity ouvrait la brèche, bientôt suivi par d’autres créations tout aussi contestables que le modèle dont elles s’inspirent. Dans l’Hexagone, l’ex-Robin des Bois Maurice Barthélémy recourait au médium singulier du documenteur pour sa comédie potache et bucolique Pas très normales Activités.

Devançant de peu la sortie du cinquième volet de Scary Movie empruntant lui aussi les plates-bandes creusées par Oren Peli réalisateur et producteur, A Haunted House est un produit forcément bâtard puisqu’il est co-scénarisé par le cadet des frangins Wayans, lui-même créateur des personnages de Scary Movie. Marlon y incarne Malcolm, re-noi ultra-branché qui emménage avec sa copine Kisha dans une superbe villa avec piscine et tout le tremblement. Mais sa belle est porteuse d’une terrible malédiction (que c’est original !) et elle se verra bientôt possédée par un démon lubrique (il s’enfile toute la petite famille) pour une version gang-bang de L’Emprise. Il convient aussi d’ajouter dans le shaker un médium plus gay que jovial, une amie nymphomane affolée par les sexes des Blacks, un prêtre-exorciste fana de Samuel L. Jackson, un technicien en vidéo-surveillance envahissant et une femme de ménage accro à l’aspirateur. Dans cette galerie disparate, l’alchimie n’a pas cours mais là n’est pas l’enjeu véritable : étirant à l’excès le chapelet du cureton, Wayans et son compère Rick Alvarez entendent enfiler un maximum de gags, scabreux ou scatologiques si possible pour offrir au spectateur un rollercoaster des zygomatiques.

Cette nouvelle parodie pas rodée (voir Actualités du Cinemagfantastique n°3) se montre plus recommandable que l’affligeant 30 Nights of Paranormal Activity with the Devil inside the Girl with the Dragon Tatoo, ne serait-ce que parce qu’il privilégie la parodie pure (certes lourde) à la spoliation honteuse du pastiche.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage