Critique de film

Ambulance 37

"Old 37"
affiche du film
  • Genre : Horreur
  • Année de production : 2015
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h24
  • Musique : Darius Holbert
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Deux frères interceptent les appels d'urgence dans une vieille ambulance, pour torturer et tuer d'impuissantes victimes.

Les critiques à propos de ce film

Critique d’Ambulance 37 - Qu’est-ce qu’on SAMUse
Par : Damien Taymans

Un corps entre dans une ambulance Cadillac avant de disparaître totalement de la circulation. Elle est la navette de plusieurs patients diabétiques emmenés clandestinement dans un hôpital où des expériences ne respectant aucune éthique sont menées. L’Ambulance de Larry Cohen s’appuie, à l’aube des 90’s, sur les réseaux des trafics d’organes qui font frémir la population et la contraignent à une certaine méfiance devant les blouses blanches. Alan Smithee, metteur en scène bisseux sans envergure qui a taché, entre autres méfaits, la franchise Hellraiser par son épisode Bloodline, et s’invente désormais documentariste pour prodiguer des conseils à l’égard de futur vidéastes, reprend le concept de Cohen dans Ambulance 37 qu’il évente d’emblée sans prendre le temps d’allumer son gyrophare.

A défaut d’idées et de trame narrative sérieuse, Smithee parachute deux belles trognes dans l’habitacle de l’infirmerie mobile : Kane Hodder (Jason Vorhees dans quatre Vendredi 13 et Victor Crowley de la saga Butcher) et Bill Moseley (Captain Deadite dans L’armée des Ténèbres et Otis dans Devil’s Rejects) interprètent des frangins décérébrés qui ont repris le véhicule de leur paternel et dézinguent à tout-va en récupérant les victimes d’accidents de la route. Abandonnant la voie du thriller sociologique, Smithee s’engouffre dans les affres de l’horreur bon marché qui emprunte comme bon lui semble dans de nombreux sous-genres (slasher, survival, torture porn) sans s’investir sérieusement dans l’un d’entre eux. D’ailleurs, le récit ne prend même pas la peine de capitaliser sur les arguments qu’il possède puisque l’ambulance en question reste la plupart du temps parquée et la fratrie de serial killers ne bénéficie d’aucune attention durant la majorité de la bande qui privilégie une bande de jeunots sans ambition.

En tête de cortège, une ado fadasse qui se lamente sur son physique peu avantageux (comprendre "une poitrine peu développée") qui constitue un sérieux frein pour visiter le slibard des jeunes garçons de son école. Une dimension davantage fouillée que le double deuil qui la frappe (son paternel et sa meilleure amie, incarnée par Brandi Cyrus, la frangine de Miley), parce qu’elle offre visiblement plus de possibles narratifs. En effet, la question de l’implant mammaire (extrêmement utile d’ailleurs) est mis sur la table tandis que quelques flash-back subtilement disséminés entraînent le spectateur dans le passé pour prendre tardivement acte de l’enfance bouleversée des ambulanciers psychopathes.

Ambulance 37, toutes sirènes hurlantes, débaroule sur les plates-bandes d’une multitude de genres et reste, au final, sur la bande d’arrêt d’urgence de l’horreur en reléguant hors-champs la plupart de ses exécutions et en confinant dans l’ombre son tandem de monstres.


Concours

Sondage