Critique de film

pub

Un Chien andalou

"Un chien andalou"
affiche du film

Tout commence sur un balcon où un homme aiguise un rasoir... La suite est une série de métamorphoses surréalistes.

pub


Trailer - Un chien andalou (1929)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Un chien andalou - Délire surréaliste
Par : Damien Taymans

Dans la genèse du cinéma de genre trône une œuvre singulière que d’aucuns considèrent comme un chef-d’œuvre tandis que d’autres en stigmatisent le discours abscons. Ni fantastique ni réaliste, Un chien andalou ne se réclame d’aucun mouvement, si ce n’est peut-être celui d’un surréalisme pas encore totalement défini.

Association de deux génies incompris – et incompréhensibles -, à savoir Luis Buñuel et Salvador Dali (celui-là même qui adorait le chocolat, oui, oui  !), à la source de cette pellicule destinée à la retranscription des fantasmes de ces deux malades qui en composent la partition. Deux rêves comme point de départ : Buñuel et son œil tranché, Dali et ses fourmis émanant d’une main. A l’arrivée, une création atypique à mille lieues des arcanes du cinéma traditionnellement réaliste. Tellement atypique et irrationnelle que s’adonner au jeu de l’interprétation devient une expérience périlleuse. Faut-il voir comme le précisait Buñuel sur le ton de la plaisanterie « une invitation au meurtre et au viol » ? Faut-il l’identifier à un brûlot contestataire contre un pouvoir limitatif ? Faut-il s’escrimer à retourner dans tous les sens le flot d’images pour en extraire une substantifique moelle explicatrice ? Faut-il trouver une réponse à ces innombrables questions au risque de faire perdre au métrage un peu de sa superbe mystérieuse ? D’autant que les deux lascars se sont interdits toute influence rationnelle, ne laissant pour ce faire que des images à l’émanation spontanée et se dotant chacun d’un droit de veto d’une durée de trois secondes à peine afin d’enrayer les possibles machineries d’un cartésianisme fatal…

Une réalisation automatique, à l’instar de l’écriture éponyme adoptée par les surréalistes, qui aboutit à une œuvre incohérente, à la narration trompeuse dénuée de toute logique spatiale (le double assassiné dans une chambre s’écroule dans une clairière) et temporelle (les cartons didascaliques fournissent des renseignements erronés). Une déstructuration anarchique des conventions, en somme. Une anarchie fantasmée (communisme altéré ?) à l’image des pulsions, psychiques ou physiques, qui parsèment çà et là cette anthologie d’une quinzaine de minutes. Quatorze minutes exactement durant lesquelles se bousculent allègrement Eros et Thanatos et se succèdent élucubrations surréelles et transpositions réalistes pour le plus grand plaisir des psychanalystes freudiens et lacaniens. Un chien andalou s’entichant même au passage de l’une des premières séquences réellement gore de l’histoire du cinoche avec cet œil coupé dans le sens longitudinal en gros plan, présageant déjà un sous-genre qui ne naîtrait que des années plus tard du cinéma horrifique avant de vivre en autarcie totale.

Un chien andalou constitue l’un des piliers du cinéma fantastique tout en ne s’inscrivant que très peu dans sa mouvance ne serait-ce que par les multiples voies qu’il a ouvertes (recours métaphorique des fourmis, deux séquences aux éléments gore, l’imagerie d’une certaine folie). Une œuvre essentielle tellement particulière qu’elle mérite un large coup d’œil (mais sans rasoir, cette fois !)

Commentaires sur le film

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

14 septembre 2014 à 13:09

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 17271 photo 17272 photo 17273 photo 17274
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage