Critique de film

pub

The Chaser

"Chugyeogja"
affiche du film

Joong-ho, ancien flic devenu proxénète, reprend du service lorsqu'il se rend compte que ses filles disparaissent les unes après les autres. Très vite, il réalise qu'elles avaient toutes rencontré le même client, identifié par les derniers chiffres de son numéro de portable. Joong-ho se lance alors dans une chasse à l'homme, persuadé qu'il peut encore sauver Mi-jin, la dernière victime du tueur.

pub


Trailer - The chaser (2008)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Chaser - Polar brut
Par : Damien Taymans

Ancien policier reconverti dans le proxénétisme, Joong-ho découvre que ses filles disparaissent l’une après l’autre, laissant derrière elles quelques dettes. Le maquereau se met alors en tête d’éclairer le mystère et, lorsqu’il découvre que l’une de ses dernières recrues qu’il a précédemment envoyée vers un client insatiable vient visiblement d’être livrée en pâture à un revendeur de femmes, il se met en route pour le retrouver. Au hasard du trafic, Joong-ho croise la route de Young-min Jee, le mystérieux tueur. Une bagarre éclate entre les deux hommes en pleine rue alors que leurs véhicules continuent d’obstruer le passage. Emmené au commissariat en compagnie de son opposant, Joong-ho dénonce les exactions présumées de Young-min. Sur place, l’assassin avoue : il a tué neuf femmes et Mi-jin, l’ultime call-girl du maquereau, est encore en vie quelque part. Comme alors une course contre la montre effrénée…

Présenté au festival de Cannes, lauréat du Grand Prix Section Asia à Deauville cette année et énorme surprise du box-office coréen, The Chaser offre un souffle nouveau à une production coréenne qui perdit de sa superbe ces derniers temps, n’offrant plus au final qu’un cinéma aseptisé, profondément formaté à l’aune des succès délivrés quelques années auparavant. Pour son premier métrage, le cinéaste Hong-jin Na s’immisce sur le terrain du polar noir et désabusé dont il incorpore brillamment toutes les composantes (monde de la nuit et sa faune inquiétante, détective déchu, prostituées, nombreuses impasses, temps pluvieux) afin de fixer un cadre qu’il s’échine par la suite à démembrer vis par vis, comme l’illustre la révélation dès la première scène de l’identité du coupable. Sur un rythme haletant réglé comme du papier à musique, le métrage se déroule au fil des investigations mises en œuvre par le héros pour retrouver son ange perdu. Truffé d’ornières, rempli de chausse-trappes, le scénario se veut ténébreux à l’instar des multiples fausses pistes suivies par l’inspecteur déchu et des vagues révélations du serial killer. Etrangement, le cinéaste préfère délaisser la figure assassine au profit de l’investigateur perdu et de la victime torturée d’autant plus émouvante qu’elle nous est livrée dès l’entame dans sa relation avec sa fille.

En filigrane se dessine une peinture froide et réaliste du monde corrompu dans lequel évoluent tous ces personnages burinés et désabusés, reflets involontaires d’une société totalitaire et paradoxalement aveugle. Pervers presque repenti, le serial killer répugne à se livrer au jeu de la psychanalyse de comptoir et se voir catégorisé dans l’échantillon des « complexés du slip » qui recourent aux armes oblongues (en l’occurrence, un burin) pour compenser leur impuissance précoce. A mille lieues d’une quelconque iconisation, Na dépeint une figure patibulaire parfois touchante, un pauvre type de surcroît humilié par ses divers assaillants (les policiers piétinent autant dans l’enquête que sur sa tronche). Ancien garant de la loi, l’ex-inspecteur se rachète une conduite et espère accéder à la rédemption en utilisant des méthodes jamais orthodoxes pour soutirer des informations précieuses. Sa quête se réduit à néant lorsque sont mises à jour ses réelles motivations. Mi-jin, figure de martyr, perd toute légitimité aux yeux du proxénète dès lors qu’elle n’est plus apte à lui ramener des rentrées décentes. La police, quant à elle, schématisée à outrance, revêt une allure peu classieuse, le cinéaste soulignant doublement leur incapacité profonde et leur ironie déplacée à l’égard des victimes appartenant à la lie d’une société gangrénée par le commerce sexuel (les cartes des filles déposées à même la vitre des voitures comme de banals folders vantant un restaurant du coin). Pour soutenir cette atmosphère extrêmement glauque, une photographie aux couleurs saturées et aux éclairages livides qui mettent davantage en valeur les impasses suburbaines rendues poisseuses par une lumière ténue, atténuation minimaliste d’une nuit sordide noyée sous une pluie ruisselante. Aussi pessimiste et réaliste que les tableaux dressés par les œuvres de Kim Jee-Woon (A bittersweet life) et Bong Joon-Ho (Memories of murder), The Chaser dresse un portrait irrévérencieux du Pays du Matin Calme enlisé dans la corruption policière.

The Chaser subjugue et déroute simultanément. Tour à tour violent et relativement poétique, percutant et tragique, le métrage se pose comme un sensationnel brûlot qui n’hésite pas à fustiger les dérives d’une société totalitaire par le truchement de personnages psychologiquement ciselés et d’une intrigue haletante menant à l’oppression et à l’essoufflement sans pour autant s’ankyloser dans d’incessantes courses-poursuites. Tendancieux, irrévérencieux, The Chaser évite pourtant l’écueil de se répandre trop avant dans son idéologie pamphlétaire et se distingue foncièrement de ces caricatures sociétales grossières souvent inoffensives en déclinant à son paroxysme ses qualités filmiques et narratives.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 17178 photo 17179 photo 17180 photo 17181 photo 17182 photo 17183 photo 17184 photo 17185
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage