CYCLES

CYCLE JIM HENSON’S CREATURE SHOP - Labyrinthe (1986)

28 décembre 2014 | Par : Damien Taymans

Au fil de sa carrière, Jim Henson aura composé une fresque cohérente, harmonieuse même, de créatures et d’univers fantastiques, fantasmagoriques. Un monde hensonien s’ouvrant sur un autre, à la fois si proche et si éloigné, c’est tout naturellement que c’est du fabuleux Dark Crystal que naît une sorte d’apostille plus légère sobrement intitulée Labyrinthe. Une gestation démarrée dans une limousine ramenant Jim Henson et l’illustrateur Brian Froud d’une projection spéciale de leur première progéniture, Dark Crystal. Une simple ligne de scénario née d’une image mentale, celle de gobelins kidnappant un jeune enfant. C’est sur cette base que l’auteur pour enfants Dennis Lee travaille pour composer un roman, sorte de préambule au script du métrage. Remis dans les mains du Monthy Python Terry Jones, le projet de scénar’ va connaître de nombreuses modifications sous les coups de plumes de Jim Henson, George Lucas (producteur de l’œuvre), Laura Phillips et Elaine May.

Un autre bouleversement de taille va s’avérer déterminant pour la suite du projet : l’arrivée de la star David Bowie qui interprète le roi des gobelins Jareth. L’acteur-chanteur, véritable pierre angulaire de cette comédie musicale fantasy, amène ses propres exigences et réclame un adoucissement des traits de son personnage alors dépeint comme un être crapuleux. Au final, entre 1983 et 1985, pas moins de vingt-cinq traitements différents seront soumis pour en parvenir au traitement final : davantage d’humour et distance que dans la version initiale très "dark" qui préconisait que l’action se déroule dans l’Angleterre victorienne... A des fins purement commerciales, l’héroïne sera finalement une adolescente des Etats-Unis contemporains.

Pour faire face à Ziggy Stardust, il faut une jeune femme fraîche au joli minois respirant la candeur et l’innocence afin de renforcer le contraste entre les deux personnages. Des dizaines de jeunes actrices auditionnent parmi lesquelles figurent les noms de Sarah Jessica Parker, Laura Dern, Marisa Tomei ou encore Maddie Corman. Mais, sur le tard, une magnifique jeune femme éblouit le réalisateur, la jeune et frêle Jennifer Connelly alors âgée de quinze ans et remarquée dans le western urbain de Sergio Leone Il était une fois en Amérique puis dans le Phenomena de Dario Argento. L’actrice est représentative de l’adolescente coincée entre deux âges, à l’instar de la Sarah Williams du récit qui se montre incapable d’accéder aux responsabilités du monde des adultes (voir la première séquence) et reste dépendante de ses nounours et froufrous. Comme le signalait Henson, elle représente à merveille "ce temps suspendu entre l’enfance et la féminité" et devra faire face à l’une des personnalités les plus sensuelles et inquiétantes en la personne de Jareth/Bowie, sorte de mannequin androgyne dans son costume de cuir noir aux allures de corbeau.

L’attrait essentiel de Labyrinthe, patte de Jim Henson oblige, réside encore davantage dans tout ce qui entoure ces deux êtres de chair et d’os. Car ledit dédale recèle d’une myriade de personnages malfaisants ou bénéfiques (voire les deux comme Hoggle à la solde de Jareth mais désireux d’être ami avec Sarah), drolatiques (les gardiens des portes) ou sanguinaires (ces soldats armés de piques qui torturent le gentil Ludo), merveilleux ou inquiétants qui se partagent un gigantesque terrain de jeu constitué de trompe-l’œil, de passages dérobés et sur lequel flotte le délicieux fumet du bourbier de l’éternelle puanteur. Toutes ces créatures, qu’il s’agisse de marionnettes ou d’êtres animatroniques, sont conçues par le Jim Henson’s Creature Shop qui rivalise d’ingéniosité pour se montrer le plus fidèle possible aux rêveries de Brian Froud. La marionnette la plus complexe reste celle de Hoggle : dans le costume, Shari Welser anime le personnage et compose la gestuelle tandis que son visage est radiopiloté par Brian Henson et trois autres opérateurs, ce qui requiert une coordination réglée au millimètre près. Un véritable travail d’orfèvre de la part des animateurs et des décorateurs qui recréent cet univers fantasmagorique aussi enchanteur que troublant pour mener la belle Sarah au centre du labyrinthe.

Peu de gens s’engouffreront dans le dédale lorsque le film sort en salles au mois de juin 1986 et celui-ci remportera un score plutôt décevant au box-office. Mais son aura ne cessera de grandir par la suite, lorsque l’exploitation vidéo se mettra en marche. Au point qu’il remporte les galons de film culte, comme la majorité ds créations sur lesquelles a œuvré le paternel de Kermit...

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage