CYCLES

CYCLE HAYAO MIYAZAKI - Ponyo sur la falaise (2008)

28 février 2014 | Par : Roselyne Delvalee

Par Roselyne Delvalee

Ponyo sur la falaise est un conte fantastique empli de poésie sur la métaphore de l’amour et des désordres du monde. Une œuvre d’une force magnifique où le graphisme et la musicalité accompagnent l’histoire de Ponyo, un poisson rouge à tête humaine, mi poisson-mi-humaine.
Sorti des studios Ghibli, Ponyo sur la falaise est l’histoire d’une brèche entre deux mondes, celui nostalgique du Dévonia, et celui du Japon actuel, craignant un Tsunami, où les humains ont volé la vie de la terre, et ont pollué la mer.
Au-delà Hayao Miyazaki explore la symbolique du cheminement de Ponyo vers Sosuke, et de sa métamorphose.

Fujimoto, le père du poisson rouge, sorcier solitaire, autrefois humain, vit reclus dans son sous-marin au fond de l’océan, cachant un précieux élixir. Il n’est pas, sans rappeler le capitaine Némo du roman de Jules Verne, 20 000 lieux sous les mers ; lui aussi désabusé de la vie des hommes et de leurs dessins hypocrites. Ponyo s’enfuira de ce royaume empli de bulles d’écume, quittant ses nombreuses sœurs, échouant dans un pot de confiture, sur la plage d’une ville côtière, et recueillie par un jeune garçon de 5 ans, Sosuke.

Ce petit garçon solitaire, surpris de cette mystérieuse découverte, vit dans une petite maison, en haut d’une falaise, promontoire-repère des bateaux, avec sa mère, Liza, et un père, Koichi, un marin épris de la mer et souvent absent.
Ponyo, alors recueillie par Sosuke, et mise à l’abri, dans un petit seau, se transformera progressivement en mi-poisson, mi-humaine, ayant léché la plaie du jeune garçon.

Fujimoto déclenchera d’incroyables vagues poissons, provoquera une terrible tempête, pour retrouver sa fille, Ponyo.
Ponyo vit recluse dans un capharnaüm aquatique, et n’a d’autre dessein que de s’enfuir et de découvrir un autre monde.
Mais, Fujimoto craint que Ponyo ait ouvert une brèche entre deux mondes, du Dévonia empli de poissons particuliers et du monde d’aujourd’hui.

Ponyo échappant à la vigilance de son père, bravera le « tsunami », évoqué par la vieille dame, pour retrouver Sosuke et demeurer auprès de lui.
Après s’être occupée des deux enfants, Liza, préoccupée du sort des vieilles dames de la maison de retraite, dans laquelle elle travaille, repart, laissant ainsi les deux enfants seuls.
Sosuke et Ponyo étant livrés à eux-mêmes, ils décident de la rejoindre, à bord du bateau-jouet de Sosuke.
Tandis que Fujimoto, désemparé, appelle désespérément sa bien-aimée, la mère de Ponyo, la déesse de la mer, Ponyo découvrira peu à peu son apparence humaine, apportant la joie autour d’elle. Pourtant, lors de son voyage initiatique avec Sosuke, elle sera rattrapée par son univers, reprenant sa forme aquatique.

Mais, la gigantesque déesse de la mer aidera Liza à comprendre cette brèche provoquée par Ponyo.
D’étranges phénomènes se produisent alors, bouleversant l’ordre des choses. Les vieilles dames, assises dans leur fauteuil, incapables de marcher, sautillent comme des jeunes filles, dans une autre dimension, emplie d’eau.
Seul l’amour d’un humain pourra libérer Ponyo et la rendre définitivement humaine.
La déesse de la mer expliquera à Sosuke le devenir de Ponyo s’il décide de l’aimer pour toujours telle qu’elle est. Sosuke acceptant la véritable nature de Ponyo, la brèche se referme et le monde est sauvé.

Hayao Miyazaki explore à nouveau, le bouleversement de l’ordre des choses au travers d’une dimension fantastique, il fait surgir dans le quotidien des éléments extraordinaires : un poisson-fillette, des vagues-poissons, et installe progressivement une personnification des événements, à savoir la tempête, le déferlement des vagues monstrueuses, l’air et la mer concurrent à lier les étranges phénomènes, à l’instar de la porte qui s’ouvre sur l’autre monde, face au cimetière des bateaux.

Hayao Miyazaki confronte, ici deux mondes, aquatique et terrestre, et au-delà en exprime les failles et les dérèglements. A la rencontre de Sosuke, Ponyo va se métamorphoser en fillette, et en découvrant un autre milieu, va tenter de s’adapter, pour le rendre plus poétique, comme si le monde des humains semblait lié au sien. Or, il l’est. Ponyo en léchant la plaie de Sosuke, va devenir humaine, et bouleverser l’ordre des choses. On retrouve cette interpénétration des mondes, l’un humain et l’autre fantastique, au travers de trois œuvres majeures du réalisateur, Mon voisin Totoro, Arietty et Les enfants-loups, afin d’en produire une dimension poétique et mystérieuse et où les entités coexistent.

Ponyo sur la falaise est un récit initiatique, à l’image des personnages de l’œuvre du réalisateur dans Princesse Mononoké, Kiki, la petite sorcière, Le voyage de Chihiro, évoquant le passage d’un monde à un autre monde, à l’image du cheminement de l’enfance à l’âge adulte. Ponyo, évoluera d’une forme aquatique à une identité humaine, grâce à Sosuke. Chaque réalisation parcourt ce même schéma, dans Kiki, la petite sorcière, c’est la boulangère qui aide Kiki à devenir indépendante.

Le bateau-jouet symbolise le parcours initiatique de Ponyo, à l’aide de ses pouvoirs, elle l’agrandit, tout comme elle grandira pour s’extraire de sa forme aquatique. Le sous-marin de Fujimoto est à la fois une prison et devient le lieu de passage entre la mer et la terre, par lequel Liza rencontrera la déesse de la mer. Le bateau du père de Sosuke provoque l’éloignement entre Liza et lui, tout en leur permettant de rentrer en contact.

Hayao Miyazaki exprime à travers certains films, tels que Le château dans le ciel, Le château ambulant, cette approche métaphorique liée au rite de passage, de communication d’un monde à l’autre, entre les humains et des entités fantastiques.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage