Critique de film

pub

C'est arrivé près de chez vous

"C'est arrivé près de chez vous"
affiche du film

Ben, petit tueur, accepte d'être suivi par une équipe de reportage. Au fur et à mesure que l'amitié se noue, l'équipe devient de plus en plus complice.

pub


Trailer - C’est arrivé près de chez vous (1992)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de C’est arrivé près de chez vous - Eh gamin ! Viens ! C’est pour rire !!
Par : Chroniqueurs

Par Dante

Qui a dit que les Belges ne savaient faire que des moules/frites ? Pas moi, je le jure. On dit souvent que le cinéma de genre français est en voie de réanimation, même si on attend toujours l’électrochoc final. Et pourtant leurs voisins belges ont déjà une longueur d’avance, bien avant Calvaire, c’est Benoît Poelvoorde et d’autres timbrés qui nous donnent une grande claque comme on les aime.

Réalisé avec deux balles 50, filmé en noir et blanc en style documentaire, y a de quoi faire fuir le spectateur « de base » nourri au Michael Bay. Mais les vrais cinéphiles ressentiront tout de suite cet amour du cinéma qui transpire de cette oeuvre artisanale comme on aimerait en voir plus souvent.

Le métrage est basé sur un pitch très simple et original (une équipe télé suit le parcours d’un tueur en série marginal), saupoudré de digressions philosophiques plus tordues qu’un alambic et servi avec un humour noir abyssal. On connaissait Poelvoorde en Claude François, en Mr Manhattan, mais j’étais loin de l’imaginer dans un rôle aussi sombre et complètement barré. Car Benjamin, tueur en série professionnel est un personnage aussi passionnant qu’inquiétant, dissertant sur l’immersion des cadavres ou sur l’infanticide, multipliant les blagues douteuses et frôlant le malsain, faisant osciller constamment le spectateur entre dégoût et rire, à grands coups de ruptures de ton.

Un poil trop long, un Poelvoorde un poil cabotineur, le film n’est pas exempt de défauts, car le découpage est parfois hasardeux autant que les prises de vue. Mais ce genre de détails est complètement pardonnable quand on voit avec quoi ils ont fait leur film et combien ils aiment le cinéma comme en témoignent les quelques clins d’œil ici et là à des films fondateurs du cinéma de genre hexagonal. Bien que l’ensemble ressemble à un enchaînement de clip, l’honnêteté et l’artisanat qui en découle nous font oublier tous ces petits défauts inhérents à une petite production.

Le film se démarque des productions passées et actuelles par sa volonté jusqu’au-boutiste, ultra subversive et vraiment méchante. Pas un étalage de tripes à la Frontières, mais un vrai film psychologique, violent, malsain, qui ne caresse pas le spectateur dans le sens du poil. Une vraie réflexion sur la violence, beaucoup plus réussie que le démago Funny Games. Et aidé bien sûr par un second degré qui l’accompagne tout du long et qui renforce ce malaise que le spectateur ressent pendant près d’1h40.

Un grand film qui mérite son aura de culte, jamais vu, éprouvant, jusqu’au-boutiste, du cinéma de genre comme on l’aime. Sincère, efficace et ultra subversif, que dire de plus à part vive la Belgique !

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 16582 photo 16583 photo 16584 photo 16585 photo 16586 photo 16587 photo 16588
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage