Critique de film

pub

Black water

"Black water"
affiche du film

En ballade dans le nord de l'Australie, région tropicale sujette aux inondations, Grace, son petit ami Adam et sa jeune soeur Lee décident de partir pêcher en compagnie d'un guide local. Alors que leur bateau file tranquillement sur la rivière, ils sont attaqués par un crocodile. Le guide est tué et les trois vacanciers se retrouvent bloqués sur un arbre parmi les Mangroves inondées. Pour survivre, ils devront éviter le crocodile mangeur d'hommes et atteindre le bateau qui s'est retourné.

pub


Trailer - Black water (2007)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Black water - Le concurrent direct de Gustave
Par : Damien Taymans
Tags : Animaux-tueurs

Décidément, les films inspirés de faits réels en milieu aquatique sont légions dernièrement. Après le truculent Open water (2003) dans lequel un couple voyait son embarcation s’éloigner les laissant seuls dans un océan dangereux, il y eut notamment Dérive mortelle, pâle copie du précédent où un groupe plus large se voyait à l’eau sans avoir la possibilité de rejoindre le bateau pourtant tout proche. Certes, Black water n’est pas de ceux-là puisqu’il nous conte les mésaventures d’un trio perchés sur un arbre à l’abri du crocodile qui vient de les accoster (oui, le crocodile l’accoste, c’est bien connu !). De par son pitch, le métrage semble davantage appartenir au genre horrifique qu’au simple thriller. Pourtant…

Pourtant, ce n’est pas le cas. Ne vous attendez pas à vivre la même expérience qu’avec le fameux Gustave de Primeval où nous pouvions admirer des tas de personnages se faire dévorer tout crus par ce croco surdimensionné aux dents aiguisées et au prénom ridicule. Black water ne mise pas sur les démembrements en tous genres et ne fait absolument pas dans le gore qui tache. Au contraire, fidèles à l’intention de départ, Nerlich et Traucki préfèrent le réalisme aux exagérations cadavériques. Adoptant un style proche du documentaire, les deux comparses livrent un film pragmatique qui n’accélère pas la cadence pour plaire aux néophytes venus contempler des scènes de carnage spectaculaires.

Disons-le tout net : Black water ne pourrait même pas être comparé aux autres films d’animaux tueurs, genre très en vogue depuis des décennies. Plus proche d’Open water que de Crocodile, le métrage revendique son réalisme total et les deux réalisateurs se contrefichent pas mal de livrer des scènes un peu longuettes puisqu’ils poursuivent leur credo : coller au plus près de la réalité et des faits réellement établis. L’essentiel de l’histoire se déroule donc en haut d’un arbre en plein milieu d’une rivière où notre trio de personnages tente tant bien que mal de trouver des solutions pour sortir de ce mauvais pas. Certes, certains dialogues sont assez gagatisants et les répétitions vont bon train dans les répliques des héros en herbe. Certes, l’ennui pointe rapidement son nez à force de contempler cette inertie totale (d’autant que le métrage aurait pu sans problèmes être réduit d’une vingtaine de minutes). Mais c’est que la tension s’installe progressivement pour permettre l’éclosion de l’une ou l’autre scène particulièrement réussies.

Et puis, surtout, il y a la bête. Un crocodile nature. Avec de vrais yeux, de vraies dents et une vraie queue. Ca change des effets numériques hyperboliques. Et rien que pour ça, ça vaut le coup d’œil. D’autant que lesdites scènes où apparaît le monstre sont réalisées avec brio grâce à une photographie envoutante (dans un cadre superbe, bien que monotone) et à une tempérance de tous les instants lors des assauts de l’animal.

En clair, Black water gagne en qualité grâce à son refus de la précipitation et du spectacle facile. Alors que Primeval se perdait dans des considérations politiques vaines et ennuyait avec des scènes d’attaque trop exagérées, Black water surprend par sa maîtrise filmique et sa sobriété de tous les instants…


Critique de Black Water - Aussie effrayant
Par : Gore Sliclez

Décidément, le cinéma d’horreur Australien est bien décidé à ne pas se faire distancer par l’Europe et les States. Après le Wolf Creek (2005) de Greg McLean et avant le Rogue (2008) du toujours Mc Lean, le pays des aussies nous approvisionne en films de qualité et c’est tant mieux.

Reprenant donc un des thèmes les plus développés du cinéma des « bébêtes tueuses », Black Water nous relate l’aventure (basée sur des faits réels, ben tiens !) de trois jeunes partis à la pêche avec leur guide dans la mangrove nord australienne. Du statut de chasseurs de poissons, ils deviennent la proie d’un énorme crocodile qui les oblige à s’abriter dans les arbres des environs. Comment survivre dans un espace naturel aussi hostile, à des kilomètres de toute habitation ?…

Exit les Crocodile Dundee, les cages à croco inutiles ou encore le crocodile surdimensionné au QI de polytechnicien, Black Water privilégie le réalisme du fait divers. Du crocodile, on ne verra pas grand-chose ou pas souvent, les réalisateurs David Nerlich et Andrew Traucki préférant la suggestion (brrr...ces bruits de mastication du croco mangeant, broyant et dévorant une victime toute proche des survivants) et cette peur très latente, stressante, qui vous éprouve les nerfs dans une attente parfois insoutenable et ce, au risque d’en faire bâiller plus d’un. C’est que les longues minutes de palabres stériles de nos trois protagonistes nichés dans les branches de leur arbre bienfaiteur sont parfois agaçantes et ennuyeusement longues.

Mais paradoxalement, ce défaut narratif contribue au réalisme de l’histoire en nous identifiant quelque peu au drame que vivent nos trois héros. Le sous-titre du film n’est-il pas suffisamment explicite : « what you can see can hurt you ». En endormant notre méfiance (ou notre attention, c’est selon) les scènes où surgissent notre croco sont tout simplement flippantes et vous ramènent les pieds vers le corps en un temps record. Des scènes d’attaque impressionnantes, quoique peu visuelles, dans la vase de la mangrove terminent de nous convaincre de l’horreur de ce drame.

Comparé à ses inévitables prédécesseurs célèbres (Lake Placid, Primeval ou encore le Eaten Alive de Hooper), Black Water est, certes, moins impressionnant car bénéficiant d’un budget autre mais terriblement plus réaliste et effrayant.

Nonobstant donc les longueurs et les dialogues parfois inutiles et naïfs, Black Water s’avère au final un des films de crocodiles les plus effrayants et sympathiques du genre. Bénéficiant d’une mise en scène et d’un casting plus qu’honnêtes le film mérite de s’y attarder avant l’arrivée du très attendu Rogue.

Commentaires sur le film

1 etoiles

daube Daube !

aucun

24 septembre 2008 à 22:09 | Par moi
Manque de croquant

1 etoiles

Dans le genre "film de crocodile", préférez "Rogue" ("Le solitaire"), beaucoup mieux.

6 août 2011 à 19:08 | Par Seby
Particulièrement réaliste

4 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Un film un peu long mais dont les scènes d’actions sont impressionnantes. Les attaques sont d’un réalisme saisissant.

26 septembre 2014 à 19:09 | Par Robb
Particulièrement réaliste

4 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Un film un peu long mais dont les scènes d’actions sont impressionnantes. Les attaques sont d’un réalisme saisissant.

26 septembre 2014 à 19:09 | Par Robb

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 15876 photo 15877 photo 15878 photo 15879 photo 15880 photo 15881 photo 15882 photo 15883 photo 15884
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage