Critique de film

pub

BTK

"BTK"
affiche du film

Inspiré d’un fait qui a défrayé la chronique, BTK est le surnom donné au tueur en série, Dennis L. Rader. BTK raconte l'horrible histoire d’un assassin qui a systématiquement torturé et tué ses victimes pendant plus de deux décennies, passant plus de 30 ans à échapper à la police. Dennis L. Rader mène en apparence une vie normale, comme mari, père, agent de sécurité et président de l'église du quartier. Une insatiable soif de sang l’a amené à commettre des crimes inimaginables. Choquant et plein de suspense, BTK est un voyage macabre dans le monde cauchemardesque d'un tueur dérangé.

pub


Trailer - B.T.K. (2008)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de BTK - Born To Kill
Par : Damien Taymans
Tags : Serial killer

Les films relatant les exactions de célèbres serial-killer emplissent abondamment les rayons des dvdthèques. Il faut dire que les oeuvrettes précitées constituent une large part du marché des livraisons bisseuses dites « à suspense » dont certaines productions se sont d’ailleurs fait une spécialité. North American Entertainment, parmi tant d’autres, puise allègrement dans les dossiers judiciaires de ces dernières années pour alimenter les caisses de sa trésorerie, transformant tel des alchimistes cinématographiques les chemises cartonnées des archives des milices locales en un vivier intarissable propice à l’accouchement sur pellicule . Après avoir dépeint les meurtres sanglants d’Ed gein dit « le boucher », le sanguinolent massacre de Richard Speck dans une résidence estudiantine et les exactions lubriques de Ted Bundy dit « le tueur de femmes », la production s’attache pour l’heure à un autre tueur en série qui fit couler énormément d’encre aux Etats-Unis durant une trentaine d’années.

En l’occurrence BTK, alias sous forme d’acrostiche dont s’est personnellement affublé le serial killer lors de ses correspondances avec les forces de l’ordre, ces mêmes correspondances qui l’amèneront à sa perte. Bind them, Torture them, Kill them (Ligote-les, Torture-les, Tue-les), trois étapes qui sont autant de jalons obligatoires composant un seul et même processus utilisé pour chacune de ses victimes qui relèvent pour la plupart de la gente féminine. Névropathe profond présentant le syndrome de la double personnalité bien qu’un état de conscience intermédiaire l’entraîne dans un purgatoire quotidien, Dennis L. Rader est un citoyen respectable et respecté, qui mène une vie paisible entouré de ses deux filles et de sa femme dans le Kansas où il exerce le job d’employé communal, chargé de veiller sur la bonne tenue de la communauté. Garant de la loi humaine, Rader pousse le vice jusqu’à faire sienne celle qualifiée de divine. Croyant assidu de la paroisse luthérienne, il est bientôt propulsé au titre de président du Conseil de rassemblement de son église et démontre une fois de plus son incorruptibilité profonde tout en faisant montre de sa morale à peine écornée par les cadavres qu’il entasse aux quatre coins de l’Etat. Il faudra attendre le mois de février 2005 pour que le tueur en série soit démasqué. Il est jugé la même année pour l’assassinat de sept femmes, un homme et deux enfants et écope de dix peines d’emprisonnement à vie consécutives qui lui permettent d’accéder à la liberté conditionnelle dès février 2180.

BTK fait suite à deux autres adaptations biographiques qui ont été édifiées à partir des crimes singuliers de Dennis Rader (les bien nommés BTK Killer d’Ulli Lommel et le téléfilm sur son arrestation intitulé The Hunt for the BTK killer). L’œuvre du scénariste et réalisateur Michael Feifer (producteur, scénariste et réalisateur des films sur Bundy, Speck, L’étrangleur de Boston (également distribué par Emylia au mois de mars) et Ed Gein émanant de la même firme), si elle comporte une large part de fiction, constitue cependant une transposition fouillée et documentée. Ainsi suit-on au gré du métrage une multitude de saynètes centrées sur le quotidien de cet être borderline, sans cesse à la limite entre sa prédestination au Mal et sa maniaquerie moralisatrice qui, une fois l’uniforme enfilé, le contraint à asséner aux contrevenants des amendes pour des délits plus que légers (qui a laissé son véhicule encombrer le trottoir de quatorze centimètres, qui n’a pas tondu sa pelouse selon la règle requise, qui laisse son cabot traîner dans les quartiers voisins). Délaissant le recul documentaire inspiré par certains de ses prédécesseurs (Henry, portrait d’un serial killer en tête), le cinéaste s’immisce au contraire dans les affres de la conscience du meurtrier pour tenter d’en extraire une certaine logique, celle d’un être paumé, un humain lambda torturé qui ressent sporadiquement le besoin viscéral d’enfiler la cagoule du bourreau sans pouvoir expliciter ce fantasme. Dans la peau de ce personnage atypique devenu mythique outre-Atlantique, le vétéran cascadeur Kane Hodder, bouffi comme pas deux et paré d’une moustache seventies, qui terrorise son voisinage du haut de son mètre quatre-vingts-dix. Un rôle qu’il s’approprie d’autant mieux qu’il est un habitué des slashers réels ou fictifs, puisqu’il s’est ensaché la tête pour incarner Jason Vorhees durant quatre épisodes de la franchise des Vendredi 13 et qu’il a revêtu les habits d’Ed Gein pour le compte du même Feifer deux ans plus tôt (sans compter son audition en Michael Myers pour les épisodes H20 et Resurrection.

Film davantage documentaire que fictionnel, BTK dépeint le quotidien du serial killer sans que l’auteur ne prenne le moindre parti, préférant laisser sa caméra suivre les exactions (et bonnes actions) de son personnage principal avec un certain recul propre à nombre d’oeuvres qui empruntent des sentiers similaires. En résulte une honnête série B qui se laisse agréablement regarder mais ne s’avère jamais transcendantale, ni plus ni moins...

Commentaires sur le film

tros tros for

0 etoiles

j ai vu les bande annonce et c est trocs for et j ai adore

1er juillet 2010 à 14:07 | Par tortureur

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 16495 photo 16496 photo 16497 photo 16498 photo 16499 photo 16500 photo 16501
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage