BIFFF 2016

BIFFF ON STREAM - Scherzo Diabolico

Quentin Meignant

Scherzo Diabolico était annoncé comme le film de la maturité pour Adrián García Bogliano. Il est clair que le cinéaste a fait des progrès et se base pour une fois sur un semblant de scénario qui aurait même pu virer à un moment à la pleine réussite. Malheureusement, le metteur en scène ne parvient pas à clore son œuvre de manière convaincante et... ne sait toujours pas manier une caméra. Dommage, car les progrès sont tout de même visibles...

Damien Taymans

Cette œuvre à deux visages permet au spectateur d’entrevoir cette vague histoire de kidnapping selon plusieurs points de vue. Hélas, le réalisateur se perd par la suite en conjectures inutiles et en surexplications qui amenuisent de manière considérable l’intérêt de la péloche. Ce Scherzo trop schizo aurait gagné à se clôturer un bon quart d’heure plus tôt par une séquence percutante. Ça va venir, Adrián, ça va venir...

Alan Deprez

Après nous avoir conquis avec l’excellent film de loups-garous Late Phases, Adrián García Bogliano retombe dans ses travers : acteurs livrés à eux-mêmes, montage à la ramasse, plans très pauvres, BO ridicule... En plus, Scherzo Diabolico se fait le relais d’une morale tout ce qu’il y a de plus nauséabonde et "binaire". On dirait un premier film, alors que c’est déjà le 12ème long-métrage de son auteur (sans compter ses courts et son sketch pour The ABC’s of Death)...

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ouija: les origines
2016
affiche du film
Synchronicity
2015
affiche du film
Les animaux fantastiques
2016
affiche du film
Mademoiselle
2016
affiche du film
Second Origin
2015
affiche du film
Independence Day: Resurgence
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage