BIFFF 2017

BIFFF ON STREAM - Robin

Quentin MeignantGIF

Après LFO : The Movie, Antonio Tublen avait promis au public du BIFFF un film plus sombre. Dès lors, ce Robin, présenté en première mondiale à Bruxelles, remplit parfaitement le cahier des charges à ce niveau, le cinéaste instaurant une ambiance très lourde dès les premiers instants et jouant sur une esthétique sombre. Malheureusement, l’écriture fait défaut à ce film et, après avoir compris assez vite de quoi il retournait, le spectateur ne peut qu’assister impuissant aux circonvolutions scénaristiques de la chose. Celle-ci s’achève d’ailleurs sur des twists devinés depuis longtemps.

Benoît Levenkron

Un thriller danois bien conventionnel et soporifique, qui dès les premières minutes fait sombrer le courageux spectateur toujours éveillé dans un ennui profond, qui ne s’achèvera qu’au bout de 88 minutes, avec un final vu et revu, tant ce fil conducteur a déjà été exploité jusqu’à la lie.

Sébastien Brunclair

Qu’est-il arrivé à Antonio Tulben entre les années qui séparent son fabuleux LFO : The Movie et ce Robin synonyme d’un ennui profond ? Le scénario ingénieux et l’humour grinçant qui caractérisaient son précédent film ont laissé la place à une réalisation fade, des personnages creux et à un twist moisi qu’on voit venir à des kilomètres. Pitié Antonio, ressaisis-toi !

Damien Taymans

D’un ennui mortel, Robin est un somnifère pelliculé absolument efficace. Le métrage d’Antonio Tublen est non seulement conventionnel mais surtout profondément inintéressant.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Attraction
2017
affiche du film
Tunnel
2016
affiche du film
Message from the King
2016
affiche du film
Child Eater
2016
affiche du film
On l'appelle Jeeg Robot
2015
affiche du film
Get Out
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage