BIFFF 2017

BIFFF ON STREAM - Little Nightmares (aka Innocent Curse)

Quentin Meignant

La J-Horror n’est pas prête à se relever avec des oeuvres de ce style. Mal filmé, mal cadré, volontairement jaune pisseux, arythmique au possible et surtout inintéressant, ce Little Nightmares, retitré Innocent Curse, est une véritable plaie. Mention spéciale néanmoins à la première apparition de Tommy, créature tout simplement hilarante à son insu...

Damien Taymans

Cette fois, Shimizu aura eu le bon goût d’éviter la stéréoscopie mais... il s’est perdu dans les abîmes de son propre cinéma et ne semble plus près d’y revenir. Little Nightmares est encore un coup de trop pour une J-horror moribonde : la mécanique de The Ring (3 jours au lieu d’une semaine) mâtinée de tous les gimmicks habituels des japoniaiseries habituelles (jump scares, fantômes blanchâtres, omniprésence de mioches comme catalyseur de l’horreur) et de tics de mise en scène vomitifs (cette caméra qui se balance dès qu’un événement se produit). Du coup, on en oublie presque que ce récit fait référence au Joueur de flûte de Hamelin.

Sébastien Brunclair

Chez Shimizu comme chez Nakata, le constat est le même : de la J-Horror périmée depuis des lustres qui semble se filmer toute seule et dont le script semble découler d’un tirage au sort des divers ingrédients qui composent le genre. Vivement la retraite.

Samuël Tubez

Interminable et bardé de gimmicks propres à la J-Horror, Innocent Curse ne provoque pas le moindre effroi et sombre de plus en plus au fil de son récit dans le ridicule. Une oeuvre navrante, qui plus est visuellement à vomir (c’est quoi cette image jaunâtre dégueulasse ?!).

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Attraction
2017
affiche du film
Tunnel
2016
affiche du film
Message from the King
2016
affiche du film
Child Eater
2016
affiche du film
On l'appelle Jeeg Robot
2015
affiche du film
Get Out
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage