Festival de Bruxelles (BIFFF)

BIFFF ON STREAM - Complex

Damien Taymans

La gestion du temps cinématographique n’est décidément pas la même en terre nippone : plus lancinant que Kotoko, Complex se complaît en outre à emprunter une kyrielle de détours pour parvenir in fine à une conclusion prédite depuis une bonne heure par le spectateur

Quentin Meignant

Le fond du panier en matière de ghost story nippone ! Le temps où le Maître Nakata nous régalait est désormais bien loin et ce The Complex est une véritable insulte qu’il s’adresse à lui-même. Souffrant de longueurs des plus pénibles, prévisible comme c’est pas permis (l’affaire était pliée en 10 minutes !), The Complex fait même travailler les zygomatiques à son insu, ce qui est plutôt moche pour un film "d’ambiance".

Samuël Tubez

Nakata troque l’effroi pour le ridicule.
- L’héroïne à l’écran : "Qu’est-ce qui se passe ?"
- Le public dans la salle : ’Rien !"

Seb Brunclair

Indigne de figurer dans la filmographie d’Hideo Nakata, The Complex est une aberration interminable et ennuyeuse de bout en bout dont les « rebondissements » peuvent être devinés en 5 minutes montre en main. Hideo, la cata !

Fred Bau

On savait ce qu’est un bon nanar. Et bien Nakata innove. Il invente le nanar porn torture. Les personnages
peinent à avoir l’air torturés par le vide fantomatique qui les entoure. Le spectateur, lui, l’est carrément.
Sinon, ça cause de culpabilité, de deuil, et c’est pessimiste.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage