BIFFF 2017

BIFFF ON STREAM - Cold Hell

Benoît LevenkronGIF

Au travers de son héroïne Özge, ce thriller austro-allemand égratigne superficiellement la condition de la femme turque dans la société occidentale. Tiraillée entre obligations familiales, religion et intégration, quelle est vraiment sa place ? Pour symboliser ces trois thématiques, Stefan Ruzowitzki (Anatomy, Les faussaires) utilise des figures masculines plutôt simplistes : un père abuseur, un tueur en série fanatique religieux et un policier du cru à la fois bourru et humain. Bref, si, comme Özge, vous parvenez à balayer en 92 minutes chrono avec quelques coups de boxe-thaï bien placés ces trois clichés, vous pourriez passer un agréable moment, sans plus.

Damien Taymans

Özge est l’une de ces héroïnes tragiques, fragiles, mutiques mais sauvages, enragées, puissantes que l’on voit beaucoup trop peu dans le 7ème art. A la lisière du drame intimiste, du polar noir, du thriller burné, de l’actioner (la scène de poursuite en taxi), Cold Hell fait coup double en s’acharnant à mettre à mal un modèle de vie patriarcal suranné.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Kodoku : Meatball Machine
2017
affiche du film
Night of Something Strange
2016
affiche du film
Bloodlands
2017
affiche du film
From a House on Willow Street
2016
affiche du film
The Mermaid
2016
affiche du film
Vanishing Time: A Boy Who Returned
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage