BIFFF 2017

BIFFF 2017 - Julie Estelle, cette bombe

L’égérie des Mo Brothers nous a laissés sous le charme !

Alors qu’Headshot est sans contestation possible l’une des oeuvres marquantes de ce festival qui n’en est qu’à ses prémices et sans doute même de l’année (voir ICI), la synthèse parfaite de The Raid et de Killers nous a permis de (re)découvrir une actrice hors du commun, Julie Estelle.

Encore méconnue sous nos latitudes mais véritable star en Indonésie, son pays d’origine, la donzelle enchaîne les succès tant sur grand écran qu’à la télévision. Après des débuts remarqués dans Alexandria en 2005 à l’âge de 15 ans, la jeune femme s’est rapidement constitué un statut d’icône, en posant notamment pour le magazine Playboy à 17 ans. Ne laissant pas la comédie de côté, elle a participé à quelques séries à succès dans un pays en plein développement en matière de divertissement.

C’est néanmoins dans le domaine du Septième Art qu’elle convainc le plus en participant à la trilogie horrifique Kuntilanak, véritable pierre d’achoppement d’un cinéma de genre en pleine évolution en Indonésie. C’est d’ailleurs grâce à cette franchise qu’elle tape dans l’oeil des Mo Brothers (Timo Tjahjanto et Kimo Stamboel) qui lui proposent un rôle d’envergure dans leur célèbre Macabre, qui a fait le tour des festivals au début de la décennie.

Depuis, l’actrice n’a plus quitté le devant de la scène en variant néanmoins les genres (Brokenhearts, la série The East) avant d’être imposée à l’oeil du monde entier par Gareth Evans et son fabuleux The Raid 2. L’aura internationale de l’actrice se développant petit à petit, Timo Tjahjanto et Kimo Stamboel ne pouvaient que faire appel à elle au moment de tourner leur incroyable Headshot.

Gage de rentrées financières sur le marché indonésien, Julie Estelle est, de surcroît, l’une des pierres angulaires du récit des deux réalisateurs. Dans le camp des "méchants", Rika, son personnage, est sans doute l’un des plus profonds de l’aventure, entretenant une relation à la fois fusionnelle et destructrice avec le héros et étant l’antithèse parfaite d’Ailin, l’autre personnage féminin principal. Ses arguments physiques en plus, Julie Estelle met littéralement le feu à la pellicule lorsqu’il s’agit de combattre et, outre les scènes d’action, son impact dramatique sur les événements fait prendre tout son sens à une oeuvre qui fait d’ores et déjà partie des merveilles du cinéma indonésien.

Fruit de l’amour d’un Franco-Américain et d’une Sino-Indonésienne, Julie Estelle a d’ores et déjà une culture internationale qu’elle ne manquera pas de transposer dans le domaine du Septième Art. Au plaisir de vous voir à Hollywood, chère demoiselle...

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Kodoku : Meatball Machine
2017
affiche du film
Night of Something Strange
2016
affiche du film
Bloodlands
2017
affiche du film
From a House on Willow Street
2016
affiche du film
The Mermaid
2016
affiche du film
Vanishing Time: A Boy Who Returned
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage