BIFFF 2016

BIFFF 2016 - Grace Phipps, future égérie du genre

Si les filles sont déjà très jolies dans les travées de BOZAR, force est de constater que, bien souvent, elles le sont aussi sur les grands écrans du BIFFF, au sein d’œuvres parfois bonnes, parfois complètement nullissimes.

Ainsi, hier, la magnifique Grace Phipps a fait son apparition au sein du ratage Some Kind of Hate d’Adam Egypt Mortimer (ces propos n’impliquent que Quentin Meignant-ndr). L’œuvre en elle-même n’était pas très recommandable, s’escrimant à reprendre les ingrédients de grands classiques du genre et faisant preuve d’une prévisibilité à toute épreuve. En conséquence, Grace Phipps et son joli minois deviennent vite le seul centre d’attention du spectateur.
Et, à ce titre, la belle joue largement de ses charmes, souriant plus qu’à son tour et offrant ses courbes - malheureusement sous-utilisées - au metteur en scène. Sexy au possible, la demoiselle n’est déjà plus une inconnue pour les amateurs de genre puisque son premier rôle sur grand écran date du remake de Fright Night en 2011. Depuis, la belle a participé aux séries The Nine Lives of Chloe King, Vampire Diaries et Supernatural, proposant son physique avantageux aux accros du petit écran. Son retour dans le Septième Art a été opéré l’an dernier dans Dark Summer, juste avant qu’elle ne prenne part au tournage de Some Kind of Hate.

Si cette participation à un ratage intégral (bon, Quentin, on a compris !-ndr) ne devrait pas marquer sa filmographie, elle marquera à coup sûr les esprits au moment où sa carrière décolle avec des participations à Tales of Halloween et à la très attendue série Scream Queens. Grace Phipps, la Tiffany Shepis de demain ?

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Premier contact
2016
affiche du film
Ouija: les origines
2016
affiche du film
Synchronicity
2015
affiche du film
Les animaux fantastiques
2016
affiche du film
Mademoiselle
2016
affiche du film
Second Origin
2015

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage