BEURK n°1

6 mai 2011 | Par : Damien Taymans |

Titre Beuk !

Sous-titre La cruelle histoire de l’humanité

Auteur et illustrateur David P.

Éditeur Jourdan éditeur

Année 2011

Genre Educatif

Année d’édition 2011

Note 7.5/10

Résumé

Beurk est une interjection exprimant le dégoût. Dégoût, mais également, et curieusement, fascination pour l’horreur. Car c’est bien d’horreur dont je te parlerai dans « Beurk ! », les horreurs commises par l’homme.

Coluche disait très justement que « l’horreur est humaine ! »
Les monstres de « Beurk ! » ne sont pas sortis de l’imagination fébrile d’un écrivain psychopathe, ils viennent tout droit des livres d’histoires. Ce sont des humains de tous bords, de toutes catégories sociales, de tous pays, blancs, noirs, jaunes, grands, petits, gros, intelligents, nigauds… Certains étaient de grands chefs d’armée, d’autres de simples gens, mais tous ont en commun d’avoir un jour basculé dans le côté obscur de l’humanité.
Cela nous pend à tous au nez.
Nul n’est à l’abri.

Au travers des différents numéros de « Beurk ! », tu découvriras que l’histoire de l’humanité est parsemée de massacres en tout genre, de guerres atroces, de supplices effroyables…

"Nier les horreurs de l’humanité n’est pas, selon moi, rendre service à nos enfants. Evidemment, il y a un âge pour tout mais je suis plutôt partisan d’expliquer les choses même les plus horribles que de les nier et de faire croire aux enfants que le monde est beau et gentil." En quelques mots, David P. justifie une démarche pour le moins atypique : proposer aux mioches, sans la moindre langue de bois et avec force détails, la cruelle histoire de l’humanité. Foin du cocooning, ces néo-méthodes parentales qui consistent à créer un univers cotonneux pour leur progéniture, tenue éloignée de la réalité cruelle et violente qui sévit à l’extérieur.

Plutôt que de banaliser la violence ou de la censurer, David lui offre une vitrine adaptée aux mirettes enfantines. Planches noir et blanc teintées d’un écarlate sanglant, illustrations drolatiques et reproductions fidèles du patrimoine artistique, bandes dessinées emplies de rates et de tripes, l’auteur déploie une palette diversifiée pour accrocher l’oeil de ses lecteurs et leur marquer durablement les rétines. Fascinés par tous les détails sanguinolents, les chérubins peuvent se repaître d’anecdotes en tous genres concernant le séduisant comte Dracula (Vlad Tepes), l’insaisissable Jack l’éventreur ou le monstrueux Joseph Merrick (alias Elephant man) et se faire leur propre opinion à partir de pistes réflexives sur lesquelles l’auteur les mène sans fournir la moindre réponse. Preuve que Beurk est parti pour se poser comme incunable en matière d’éducation...

Seule petite fausse note : quelques coquilles émaillent cette édition... En espérant que les prochaines rééditions (car c’est évident, le livre s’écoulera très rapidement) récupèrent ces légères erreurs.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage