Back to the feature

BACK TO THE FEATURE - Gore save the scream

8 février 2011 | Par : Damien Taymans

Blood feast

L’œuvre

Complètement dispensable, Blood feast reste pourtant dans l’histoire comme le premier film résolument gore. Bien qu’on puisse émettre de sérieux doute quant à la volonté de créer un genre nouveau dans le chef de Friedman et Lewis, il n’empêche que ce qui constitue leur premier pas dans le registre de l’horreur se solde par un véritable banquet de sang et de tripes qui fera date dans les annales du cinéma bis.

Pitch à gore

Dans une petite ville de Floride, une maniaque sanguinaire assassine et mutile plusieurs jeune fille. La police enquête mollement, mais personne ne soupçonne Souad Ramsès, le suave traiteur égyptien : c’est pourtant lui l’auteur de ses crimes affreux, nécessaire au rituel d’adoration de la déesse Ishtar : réunir les ingrédients d’un banquet cannibale…

Gore à gore

Préambule au générique. Une femme prend tranquillement son bain tandis que Souad Ramsès fait déjà sa première entrée en scène. Après avoir enfoncé sa lame dans l’oeil de sa victime et avoir soigneusement frotté celle-ci où trône encore les vestiges qui habitaient l’orbite de la jeune femme, Ramsès s’attaque au reste du corps toujours immergé dans la baignoire dont il découpe soigneusement l’une des jambes.

Plus tard, parvenant quasiment à l’achèvement du culte d’Ishtar, Ramsès ligote une autre victime et lui laboure le dos à l’aide d’un fouet avant de récupérer le sang qui s’écoule le long des murs dans un calice. Quelques minutes plus tard, les deux flics mollassons font la macabre découverte dans le repaire de Ramsès. Lewis ne lésine pas sur les détails anatomiques et se complait à filmer la carcasse, échine à l’air, qui badigeonne dans des litres d’un épais liquide épais écarlate, même qu’on dirait du sang.

Sang pour sang ?

Issu, comme Romero, de Pittsburg, Herschell Gordon Lewis commence sa carrière de réalisateur en mettant en scène quelques œuvres polissonnes dans lesquelles les demoiselles, généralement dévêtues, sont réduites à de vagues potiches aux rotondités audacieuses. Mais le principe se généralise lentement au point de gagner complètement le cinéma classique qui présente bientôt les corps dénudés au nom de la beauté artistique. Malin, Lewis trouve un nouveau créneau qui lui permet de briser un autre tabou, celui du gore.

Tourné en 1963 à Miami en moins d’une semaine pour la bagatelle de 25 000 dollars, Blood feast a valeur historique puisqu’il s’agit du premier film résolument sanglant de l’histoire du cinéma. Produit et mis en scène par Lewis, cette première pellicule gore conte les plans machiavéliques du traiteur égyptien Fuad Ramses qui, engagé pour organiser la fête d’une jeune femme américaine, obtient tous les ingrédients en tuant une foule de jeunes femmes et entend, avec les organes de ses victimes virginales, célébrer et ramener à la vie la déesse Ishtar. Atteignant le comble du macabre, Lewis fait de Blood feast une œuvre ultra-violente baignée dans l’irrévérence sanguinolente. Tripes arrachées, énucléation, langue extraite à même la bouche, cervelle délicatement extraite de la boite crânienne, autant de détails sanglants auxquels le cinéaste s’attache avec une précision chirurgicale.

C’est d’ailleurs le seul intérêt de Blood feast qui regorge de défauts dans tous les autres domaines. Mis en scène avec un fixisme qui n’a plus lieu que dans le domaine théâtral, tourné dans des décors qui n’arrivent pas à faire illusion (à l’image des amusements exotiques de Franco), garni de comédiens amateurs qui récitent de manière monotone leur texte en accentuant chacune de leurs expressions avec la grâce d’un Lugosi, le métrage de Lewis s’apparente aux étrons pelliculés d’Ed Wood dont il atteint sans problème le niveau de nanardise.

Tellement inepte qu’il en devient fascinant, Blood feast accentue le principe mis en avant par l’œil coupé en deux d’Un chien andalou. Donnant vie sur la toile à une violence longtemps reléguée hors-champs, Lewis devient un pionnier du cinéma d’horreur en lui fournissant l’un de ses plus médiocres exemples. Malgré une critique définitivement négative voire menaçante, le film connut un succès assez confortable du côté du public, ce qui permit à Herschell Gordon Lewis de persévérer dans son créneau avec, l’année suivante, 2000 maniacs.

Trashothèque

Distribué en son temps avec le Mad movies, le film existe en zone 2 facilement trouvable...

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage