Back to the feature

BACK TO THE FEATURE

15 juillet 2010 | Par : Quentin Meignant

L’Ange Michael (Légion, l’Armée des Anges)

Co-fondateur de la société d’effets visuels à succès The Orphanage, à qui l’on doit notamment des travaux importants sur des succès tels que Sin City, Iron Man ou Hellboy, Scott Stewart mit le temps avant de passer à la réalisation, domaine qu’il squatte désormais avec un certain brio. Outre ses occupations au sein de la société qu’il a créée, qui a désormais une dépendance dans le domaine de l’animé (Orphanage Animation Studios), l’homme s’était pourtant déjà distingué à de multiples reprises, tant dans la mise en scène avec son excellent court-métrage What We Talk About When We Talk About Love que dans les effets visuels de véritables blockbusters comme Le Monde Perdu ou Mars Attacks !.

Rien d’étonnant dès lors à ce que les producteurs aient accordé du crédit (un budget de 26 millions de dollars) pour ses débuts en tant que metteur en scène d’un long-métrage avec Légion, bande qui a déjà rapporté plus du double de la mise à ses investisseurs. Le film, qui peut sans aucun doute se targuer d’être une réussite, n’est pourtant qu’un échauffement en vue d’un projet bien plus ambitieux, l’adaptation du manwhaPriest, qui interviendra dans quelques mois, faisant une nouvelle fois l’objet d’une rubrique FLASHBALL.

L’action de Légion prend place au moment où, de nos jours, Dieu envoie des légions ailées sur Terre pour semer l’apocalypse car il ne croit plus en l’être humain. L’avenir de l’humanité est entre les mains d’un groupe d’étrangers coincés dans un restaurant situé en plein désert et entre celles de l’archange Michael...

Ce dernier, appelé dans la religion chrétienne Archange Michel ou, tout simplement, Saint-Michel, désobéi donc à Dieu car, lui, croit encore en la race humaine, création du Tout-Puissant qui l’a toujours passionné. Il se lance donc dans un combat fratricide avec son compère de toujours l’Archange Gabriel, et face à ses propres milices ailées dont il a quitté le commandement à la veille de l’Apocalypse.

Relecture du thème de l’Apocalypse, Légion brille par le traitement apporté à un héros saint, aussi spectaculaire que touchant, véritable clé de voûte du film de Scott Stewart. Pour mieux cerner les originalités apportées par le cinéaste, FLASHBALL vous convie avant tout à vous intéresser, en surface du moins, à quelques croyances bibliques… Tous à vos psaumes !

Personnage Saint

Prince de la Milice Céleste selon les textes saints, l’Archange Michel apparaît de nombreuses fois dans la Bible. Il est ainsi vu quand Dieu s’adresse aux hommes et est envoyé comme Messager de la Nouvelle, dans l’Ancien Testament. C’est aussi lui, malgré le fait que son nom ne soit pas cité tel quel dans le texte, qui qui retint la main d’Abraham qui s’apprêtait à immoler son fils Isaac. Il eut par ailleurs un rôle prépondérant dans la victoire de Josué à Jericho et, surtout, dans le terrassement de Goliath par David.

Dans l’épitre de Jude, il entre en combat avec Satan, qu’il retrouvera dans l’Apocalypse selon Saint-Jean. Dans ces écrits, sans doute les plus connus de la Bible, l’Archange Michel terrasse le dragon, qui représente Satan, et l’expulse du Paradis, en lui disant « Qui est Dieu ? » (en référence à l’orgueil de Satan qui voulait monter au plus haut des montagnes et se montrer ainsi semblable au Très-Haut).

Egalement cité dans le Coran, Saint-Michel demeure le premier personnage invoqué par les catholiques pour obtenir une protection contre les Démons, chef qu’il est des Milices Célestes. Son aura apparaît vraiment au IVème Siècle en Orient avant de se répandre, 100 ans plus tard dans la région italienne de Lombardie. C’est néanmoins en 590, année à laquelle il apparaît au Pape Saint-Grégoire Ier le Grand, que son culte connaît un véritable essor.

Ce Protecteur de Dieu est, depuis lors, fêté à de nombreuses reprises chaque année : le 8 mai, jour se son apparition à Saint-Grégoire, le 29 septembre, fête principale en Occident, c’est la Saint-Michel d’automne, et le 8 novembre, fête de saint Michel en Orient.

Personnage chrétien extrêmement important pour les croyants, il est notamment le patron de l’Église catholique, de l’Allemagne, de la Normandie et de la ville de Bruxelles et de plusieurs corps de métiers anciens, comme les épiciers, les escrimeurs, les manœuvriers, les policiers, les soldats, les bateliers, les boulangers, les pâtissiers, les tonneliers ou plus récents comme les parachutistes.

Le Jugement Dernier

Prophétie complètement alarmiste du côté Chrétien, Le Jugement Dernier, aussi appelé Jour du Seigneur, est le jour où les hommes devront rendre compte à Dieu de leur comportement. Ainsi, il est clairement libellé dans le second épitre de Pierre : « Or, le jour du Seigneur viendra comme un larron dans la nuit ; en ce temps-là les cieux passeront avec fracas, et les éléments embrasés seront dissous, et la terre, avec les œuvres qui sont en elle, sera entièrement brûlée. »

Selon la tradition chrétienne, ce jour arrivera quand le dragon, qui est le diable et Satan sera jeté dans l’étang de feu avec l’antéchrist. Habitué à lutter contre Satan et chef de la Milice Céleste, L’Archange Michel est donc la pierre angulaire du Jugement Dernier, celui qui guidera le monde tel qu’on le connaît à sa perte.

Trahison filmique

S’imprégnant des écrits de la Bible, de toute façon forts prégnants et répandus (voire suivis à la lettre par certains) de l’autre côté de l’Atlantique, Scott Stewart apporte néanmoins quelques petits changements au mythe de l’Archange Michel. Appelé Michael, comme il l’est depuis toujours par les anglophones, il est à noter que le héros garde ce pseudonyme, il est vrai bien plus actuel et un brin plus « in » que Michel, dans la version française. Ce petit détail ayant trait au doublage n’est rien par rapport à la liberté prise par Stewart envers les textes saints (ce qui a dû faire bondir les puristes) : l’Ange Michael décide de désobéir à Dieu et de lutter contre l’inéluctable Jugement Dernier.

Présent dès le début de la bande, dans laquelle il figure dès une première séquence particulièrement gore qui le voit se charcuter les ailes, Michael revêt tout d’abord un aspect inquiétant, annonce qu’il est de l’Apocalypse qui va suivre. Le spectateur découvre néanmoins bien vite qu’il est le dernier espoir de l’humanité face à la menace que représente ses anciennes milices auxquelles il est désormais opposé.

Il devra, en compagnie de quelques bien pâles humains, il est vrai plutôt représentatifs de notre espèce actuelle, livrer une lutte sans merci face à ses anciennes troupes et, surtout, face à son compère de toujours, l’Archange Gabriel, bien décidé, lui, à faire respecter la décision du Tout-Puissant.

Assistants mortels

Dans son combat pour la survie de la race humaine, Michael peut plus ou moins compter sur une équipe de bras cassés, exemples mêmes de ce que Dieu veut détruire, des gens au passé trouble coincé dans un bar miteux au milieu du désert. Pourquoi l’Ange choisit-il cet endroit ? Tout simplement parce que s’y trouve la jeune et désabusée Charlie, une jeune femme enceinte de 8 mois d’un enfant qui représente le dernier espoir de la renaissance de l’humanité. Cet enfant ne peut néanmoins à la base pas compter sur sa mère, qui veut s’en débarrasser dès la naissance et qui fume clope sur clope sans vergogne aucune. La mission de Michael s’avère donc extrêmement difficile encore une fois : il faut convaincre une jeune écervelée que cette gêne qu’elle a dans le ventre est le seul moyen de survie de l’humanité toute entière.

Outre la jeune femme, qui sera bien entendu protégée par tout le groupe, Michael peut aussi compter sur Jeep Hanson, un jeune gaillard amoureux de Charlie qui irait sans aucun doute au feu pour elle. Coincé depuis tout petit dans le bar perdu tenu par son père dépressif, le jeune homme fait véritablement office de jeune premier… à l’inverse de son géniteur, homme âgé fatigué par une vie sans femme depuis bien trop longtemps.

Père et fils ne seraient sans doute rien sans leur cuisinier, Percy Walker, la première personne qui croit bel et bien que Michael est ce qu’il dit être. Croyant comme pas deux, ce gros nounours semble néanmoins avoir un passé extrêmement trouble qui ne sera jamais vraiment expliqué… à l’inverse du présent trouble de Kyle Williams, le bad boy de l’intrigue. Jeune black muni d’un revolver, le garçon n’est visiblement pas un enfant de cœur et est censé se rendre de toute urgence au Tribunal pour tenter désespérément de récupérer un droit de visite auprès de sa fille.

Ce tableau pour le moins hétéroclite est encore complété par une famille bourgeoise pour le moins détestable qui brille surtout par la bêtise d’une mère bigote et soi-disant bien pensante, Sandra Anderson, qui est obligée de déménager suite aux frasques de sa fille, Audrey. Déprimée à l’idée de changer de vie, elle verra son mari se faire dévorer dès le début par l’un des membres de la milice, venue jauger les forces en présence.

Un Ange… Gunfighter !

Prévoyant une lutte longue et âpre, Michael décide, dès les prémices du film, juste après s’être charcuté les ailes, de dévaliser un véritable arsenal en pleine ville avant de se rendre au bar de Bob Hanson. S’en prenant à deux policiers, dont un fait partie de la Milice Céleste, l’Ange les tue sans vergogne avant de se retrouver au volant de leur voiture.

Déboulant au beau milieu des clients apeurés du bar, déjà victime d’une attaque de la Milice, Michael explique de suite qui il est, version qui ne plaît bien entendu pas aux mécréants que sont devenus ces représentants de la race humaine. Néanmoins, la force, les pouvoirs et, surtout, la volonté de Michael finiront rapidement par les convaincre.

A ce titre, l’Ange ne fait pas dans le sentiment lorsqu’il s’agit de s’en prendre à ses anciennes troupes et, dès lors, il fait office de parfait gunfighter, faisant parler la poudre plus vite que son ombre à l’aide de mitraillettes dernier cri. Il est l’exemple à suivre pour ses nouveaux assistants, qui ne manquent pas de lui embrayer le pas, se livrant à un véritable massacre transformant la bande de Stewart en film d’action boosté à mort.

Michael VS Gabriel, lutte fratricide

Si le combat face aux légions ailées n’est déjà pas évident à assumer (il laissera d’ailleurs de nombreux personnages sur le carreau), celui contre l’Ange Gabriel, nouveau « chef de guerre » de Dieu, est quant à lui d’un tout autre ordre.

Surpuissant, l’Ange ne peut être combattu avec force que par Michael lui-même, ce qui donnera lieu à une lutte de haut vol où les coups se multiplieront. Bien conscient du choc pour les chrétiens de voir ces deux mythes s’affronter, Stewart berce le tout d’une énorme émotion, mettant en scène quelques séquences plus sentimentales prouvant les liens qui unissent ces désormais frères ennemis.

Evitant néanmoins tout compromis, le cinéaste livre un combat rempli de rebondissements qui laissera tout d’abord un des deux Anges sur le carreau avant que l’autre ne paye au prix fort son courage.

Acteur déjà fétiche

S’ils se sont sans doute rencontrés sur le plateau de tournage Iron Man en 2008, c’est désormais une véritable histoire de confiance, voire d’amitié, qui unit Scott Stewart et le génial acteur Paul Bettany. En effet, après avoir endossé le rôle principal dans Légion, il incarnera le prêtre dans Priest, la prochaine réalisation du cinéaste.

Il faut dire qu’outre le lien de confiance qui unit les deux hommes, Paul Bettany est sans doute l’un des acteurs les plus doués de sa génération, ne croulant pourtant pas sous les demandes de grands rôles. La donne pourrait changer suite au jeu impeccable dont il a fait preuve durant Légion, symbole qu’il a été de la réussite du film. Cadrant parfaitement avec la vision moderne que l’on se fait d’un tel personnage (surtout le côté gunfighter), on ne peut pas dire que sa ressemblance avec les descriptions faites de Saint-Michel (voir tableau plus haut) soit particulièrement frappante.

Fort de son expérience d’acting, il livre malgré tout, dans ce rôle d’Ange Michael, une formidable prestation qui devrait en faire l’une des égéries des bandes d’action des années à venir. C’est en tout cas tout ce qu’on peut lui souhaiter…

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage