Back to the feature

BACK TO THE FEATURE

4 juin 2009 | Par : Gore Sliclez

Simetierre

Écrit en 1983, Simetierre, initialement intitulé Wendigo (du nom d’un démon indien), est le 19ème roman de Stephen King. En 1983, date de sortie du livre, celui-ci est depuis une petite dizaine d’années considéré à raison comme le maître de l’horreur du vingtième siècle et compte déjà à son actif des romans cultes comme Carrie, Shining, Charlie ou encore Cujo pour ne citer qu’eux.
Le roman raconte l’histoire de Louis Creed et de sa petite famille venue s’installer à Ludlow, petite ville de campagne dans le Maine, le long d’une autoroute dangereuse empruntée régulièrement par des transporteurs de bois. Au loin, un cimetière d’animaux très ancien que l’on dit hanté par un démon et qui aurait la fantastique particularité de ressusciter les êtres décédés. Et quand le drame touche de plein fouet la famille Creed, Louis n’a plus qu’une seule et terrible obsession qui va transformer la paisible maison familiale en véritable enfer…

Pour Simetierre Stephen King va s’investir émotionnellement dans l’écriture à la suite d’expériences qui se sont produites à Orington, ville dans laquelle il vécut alors. La mort du chat de sa fille tué sur l’autoroute voisine, son fils échappant de peu à une mort identique, un voisin similaire que Judd Crandall ou encore un véritable cimetière d’animaux dans le bois derrière la maison des King… autant de données autobiographiques se retrouvant dans le roman à succès. C’est dire comment Stephen King fut extrêmement prudent à l’annonce de Richard P. Rubinstein quand celui-ci rendit public son désir d’adapter au cinéma Simetierre. Échaudé par des expériences cinématographiques négatives pour ses précédents romans, King émet alors la condition non négociable de s’attaquer à l’adaptation scénaristique, souhaitant ainsi le respect intégral de son œuvre. Une exigence qui s’appliquera d’autant mieux que des réals comme George Romero ou Tom Savini jetant l’éponge c’est Mary Lambert, spécialiste de clips musicaux (notamment Bobby Brown, Eurythmics et Madonna) qui entreprend alors la réalisation du film. Un choix étonnant qui permettra ainsi à King d’imposer ses désidératas sans devoir se prendre la tête avec une star du cinéma d’horreur. L’écrivain, habitant Bangor, à moins de vingt minutes du tournage dans le Maine, sera d’ailleurs présent continuellement sur le tournage du film faisant dire à la critique que le film sera plutôt son œuvre que celle de Lambert.

Avec un budget Paramount de presque douze millions de dollars, Simetierre sera donc la quinzième adaption cinématographique d’un livre de Stephen King, six ans après la publication du roman et dont la réalisation commencera alors le 15 septembre 1988 au même endroit que celui décrit dans le livre. Et pour interpréter le rôle de Louis Creed, le choix de Mary Lambert se porte alors sur Dale Midkiff, plus connu pour avoir interpréter Elvis Presley dans sa carrière que tout autre chose malgré un talent certain. Un choix d’apparence discutable quand on sait que Bruce Campbell y était pressenti mais qui s’avérera percutant au vu du résultat final et de l’interprétation remarquable de Dale dans la peau d’un père touché par le chagrin et la folie. Notons que Stephen King lui-même fait une apparition (c’était devenu une habitude hitchcockienne) en ministre du culte aux funérailles de l’enfant.

Simetierre est un film étonnant autant que fascinant quand il nous plonge dans un paradoxe aussi dérangeant et éprouvant que la mort violente d’un enfant et de sa résurrection démoniaque. Il faut tout le talent d’un Stephen King dont on connaît la place de l’enfance dans son œuvre et tout le côté maternel d’une réalisatrice pour arriver à nous émouvoir à ce point face au drame que touche cette famille américaine témoin d’un accident horrible et désormais meurtrie dans sa chaire. La scène du camion est à ce point mémorable qu’elle reste gravée dans nos pensées tout le long du film et bien après encore…tout le génie de King de nous plonger alors dans ce dilemme inhumain d’un père devenu dément et ayant la possibilité de redonner la vie à son chérubin adorable et tellement craquant. L’attente devient captivante, une tension palpable qui nous fait craindre l’apparition… d’un enfant. Tout le paradoxe génial de cette œuvre qui nous réserve des scènes d’angoisse profonde via des apparitions spectrales saisissantes dues au travail remarquable d’un David LeRoy Anderson (Dawn of the Dead) qu’un Romero justement n’aurait pas renié.

Le film sera donc à la hauteur du roman et parviendra en moins de deux heures à nous faire passer de l’émotion pure et tragique à l’horreur sans nom quand Louis Creed, définitivement rongé par le chagrin et la folie, sombrera alors dans l’horreur en allant jusqu’au bout de son projet devenu désormais incontrôlable. Expurgé de certains passages du livre et notamment de la présence du Wendigo dans les bois (un énorme bruit de fracas nous le rappellera brièvement néanmoins lors de la randonnée nocturne de Louis Creed vers le cimetière), les deux créateurs que sont Mary Lambert et King ont choisis délibérément de se focaliser sur l’épopée macabre de Creed, estimant à raison que l’essentiel de l’histoire suffirait pour l’intrigue cinématographique.

A ce jour, Simetierre reste une des toutes meilleures adaptations d’un roman de Stephen King. Une gageure très remarquée (Prix du Jury à Avoriaz en 1990) et remarquable compte tenu des échecs retentissants des projets antérieurs et postérieurs d’adaptation. Malheureusement, la suite non labellisée Stephen King sera toute autre et confinera Mary Lambert dans un statut de réalisatrice de second plan malgré une tentative de retour avec un Urban Legends 3 à oublier.

LES CRITIQUES CINEMAFANTASTIQUE

TRAILER

Commentaires

Ni plus ni moins la meilleure adaptation de Stephen King qui ne vienne pas d’un grand réal (Cronenberg, De Palma, ...)

5 juin 2009 | Par Vorhees from hell

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage