Back to the feature

BACK TO THE FEATURE

14 janvier 2009 | Par : Chroniqueurs

Race with the Devil

Par Jack Burton

La course contre l’enfer, titre français improbable de Race with the devil, est une petite merveille de SERIE B, de celle qui donne ses lettres de noblesse au genre.

Roger (Peter Fonda) et Frank (Warren Oates), deux amis passionnés de moto, partent faire un circuit en caravane à travers le Texas avec leurs femmes et … leurs bécanes. Un soir, alors qu’ils se sont arrêtés dans une clairière isolée, leur attention est attirée par d’étranges flammes. De l’autre coté de la rivière, sous leurs yeux ébahis se déroule une cérémonie rituelle au cours de laquelle une jeune fille est assassinée. Repérés, ils parviennent à peine à échapper à la meute et vont raconter leur aventure au shérif qui ne les croit guère. A partir de cet instant, Roger, Frank et leurs épouses, qui poursuivent tout de même leur voyage, ne vont cesser d’être agressés.

J’ai découvert le film La course contre l’enfer au début des années 90 dans mon petit video club de quartier au rayon action aventure, genre auquel il s’apparente effectivement bien que Race with the devil s’avère en fait être autant un film d’action qu’un métrage horrifique typique des années 70. Sorti un an après Massacre à la tronçonneuse dont il reprendra le cadre , à savoir un Texas inquiétant et oppressant, Race With the devil s’inscrit dans une décennie riche en films d’épouvante reposant sur la paranoïa, la peur d’autrui, le mysticisme avec des œuvres comme L’Invasion des profanateurs de Sépultures (Philippe Kaufman) ou La Pluie du Diable (Robert Fuest) mais il flirte également avec la culture hippie et le nihilisme des années 70 (Rolling Thunder aka Légitime Violence écrit par Paul Schrader).

La massacre perpétré par Charles Manson en 69 n’y est sûrement pas étranger. Le satanisme fascine alors les studios qui décident de lancer une vague de films d’horreur orientés dans l’action. La Fox se tourne vers Jack Starrett, petit artisan de la série B plutôt doué et ancien cascadeur devenu metteur en scène qui connaîtra son heure de gloire avec deux célèbres classiques de la « blaxploitation » : Slaughter (1972) et Cleopatra Jones (1973). Naturellement désigné pour mettre en image cette Course contre l’enfer, road Movie aux allures de survival sataniste, Starrett soigne son ambiance autant que ses scènes d’action toutes plus nerveuses les unes que les autres. Le cinéaste peut se reposer sur des interprètes impeccables auxquels on s’identifie immédiatement, de Peter Fonda (Easy Rider) à Warren Oates (Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia, La Horde Sauvage) ou encore Loretta Swift (M.A.S.H), un casting trois étoiles qui flaire une ambiance au beau fixe et une alchimie parfaite.

Les têtes d’affiche féminines ne sont par ailleurs pas que des faire-valoir et ne se contentent pas uniquement de pousser des cris (même si elles y excellent). Au contraire, elles vont de leurs cotés mener leur investigation. Bien qu’assez stéréotypées et enfermées dans les carcans et codes inhérents à ce genre de production, les femmes de nos deux héros vont petit à petit prendre de l’importance. Les vedettes féminines qu’on pourra rapidement trouver insupportables font néanmoins vraiment bien passer à travers leurs yeux la terreur, la peur qui s’installe inexorablement. Témoin de cette dimension dichotomique : la scène de la caravane envahie par les serpents à sonnettes, l’une des meilleures du métrage. L’une des femmes utilise à merveille ses poumons pour nous gratifier de cris perçants alors que Peter Fonda lutte avec acharnement contre ces "snakes on a caravane". Percutante et haletante, cette Course contre l’enfer menée sans temps mort nous tient en haleine de bout en bout.

La Fox a récemment lancé le projet d’un remake, (c’est vrai que cela faisait longtemps que l’on avait pas entendu parler du refaisage d’un classique). Du moment qu’ils ne mettent pas Keanu Reeves et Paul Walker en lieu et place de Warren Oates et Peter Fonda ainsi que Rob Cohen a la réalisation, l’espoir pourra peut-être subsister.

Distribuée par Anchor Bay en zone 1, cette excellente édition DVD vient d’être imitée en zone 2 avec néanmoins une couverture assez trompeuse qui lorgne plus vers Fast and Furious que vers le genre survival mais l’essentiel étant de pouvoir se procurer cet excellent film sur support DVD, la qualité du dvd étant de plus très correcte pour un petit prix.

LE TRAILER

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage