Critique de film

pub

L'Antre de la Folie

"In the Mouth of Madness"
affiche du film

John Trent est enquêteur pour les assurances. Il est chargé par Jackson Harglow, le directeur de la maison d'édition Arcane, de retrouver Sutter Cane, un écrivain à succès qui a disparu. Durant ses investigations, John se rend compte que le monde d'épouvante apparemment fictif créé par Sutter Cane serait en fait bien réel.

pub


Trailer - L’antre de la folie (1995)
Par : Damien Taymans


L'antre de la folie - In the Mouth of Madness - Trailer
envoyé par thesavoisien.

Les critiques à propos de ce film

L’antre de la folie - Antrez dans la folie...
Par : Damien Taymans

John Trent, enquêteur pour assurances, est un as dans son domaine, parvenant à flairer un coup foireux ou une arnaque à des kilomètres. Il se voit chargé par Jackson Harglow, le directeur de la maison d’édition Arcane, de retrouver Sutter Cane, un écrivain d’horreur qui a disparu depuis quelques temps et dont les droits de son nouveau livre sont déjà vendus aux quatre coins de la planète, livre que la maison d’édition ne possède toujours pas. Prenant la route en compagnie de Linda Styles, directrice des publications de Cane, pour une ville imaginaire nommée Hobbs End, Trent se rend compte rapidement que le monde créé par le romancier trouve une existence réelle dans ce petit village oublié des cartographes...

Carpenter, cinéaste de génie, poursuit toujours depuis l’entame de sa carrière le Saint Graal du cinéma de genre, s’échinant à perpétuellement renouveler les domaines fantastique et horrifique. Créateur de figures devenues mythiques (Michael Myers dans Halloween, Snake Plissken dans New York 1997), modernisateur des figures antédiluviennes (son chasseur de ghoules dans Vampires, son extraterrestre protéiforme de La Chose), actualiseur de talent (Le Villages des damnés), le réalisateur se distingue foncièrement des auteurs de commande qui refont inlassablement les mêmes œuvres en déversant tels des automates clichés et conventions dans le but non de raviver mais de dégénérer un genre déjà considéré par beaucoup comme mineur.

L’antre de la folie, troisième et dernier volet de la trilogie de l’apocalypse commencé en 1982 avec La Chose (The Thing) et continuée en 1987 avec Prince des ténèbres, persévère dans la peinture d’un monde en dérive en proie à une fin imminente. Sauf que, au contraire des deux œuvres précitées, le présent métrage s’enfonce encore plus profondément dans les gouffres abyssaux de la folie dévastatrice, créant un univers bipolaire bientôt surdominé par les aliénés mentaux qui rejoignent en masse le phénomène créé par l’auteur Sutter Cane. Au centre de cet océan de déraison, John Trent force à l’identification, se posant comme le pendant intra muros d’un spectateur devenu blsé par les productions horrifiques qui peinent à se renouveler. Le cynisme du personnage central appliqué à chacune des situations qu’il vit (les romans de Cane sont qualifiés tantôt de « bouquins d’horreur bon marché » tantôt de « merde ») et son scepticisme profond appliqué à dérouter chaque nouvelle preuve de son aveuglement en font la victime parfaite, seule capable d’incarner la figure messianique de l’apocalypse potentielle.

Le scénario de Michael DeLuca, déjà auteur de la nettement moins bonne relecture moderne du septième et dernier épisode de la franchise des Nightmare on Elm street annihilant la frontière entre fiction et réalité via le personnage de Freddy Krueger, réutilise pour le coup une recette similaire. Hobbs End, village qui a disparu à dessein de toutes les cartes, devient l’alternative dans la réalité d’un univers fictionnel édifié par le romancier à succès. Une réalité qui devient de plus en plus prégnante au fil de l’œuvre au point que la mise en abyme, soutenue par les incidents qui gangrènent doucement les grandes villes, réduit son champ d’action pour se métamorphoser en une seule et même intrigue où se côtoient monstruosités et humains dans ce nouvel Enfer où les sains d’esprits se voient entassés dans des chambres aux murs capitonnés. Une dérive ultra-référentielle à l’univers romancé de Lovecraft qui décrit en long et en large au travers de ses écrits l’invasion des créatures tentaculaires, jadis tapies dans l’ombre, d’un monde qui ne ressemble plus tout à fait à celui que nous connaissons (l’implantation d’Hobbs End dans la Nouvelle Angleterre, la folie d’une communauté attendant l’arrivé du démon, les créatures monstrueuses anthropomorphes renvoyant directement aux œuvres du maître littéraire).

Création autant divine (la maestria filmique du réalisateur) que démoniaque, L’antre de la folie amène au spectateur frappé d’insensibilité une terreur salvatrice qui le réconciliera avec le genre horrifique. Un genre que le métrage de Carpenter termine de consacrer comme majeur en le dotant une fois de plus d’une perle indétrônable…


Oeuvres liées :

La chose (1982)
Princes des ténèbres

Commentaires sur le film

4 etoiles

L’antre de la folie est aujourd’hui considéré par de nombreux fans de Carpenter comme étant le chef-d’oeuvre du réalisateur. Le moins que l’on puisse dire c’est que le maître à bel et bien signé un nouveau film de grande qualité à regarder encore et encore.

22 septembre 2008 à 16:09 | Par Haddonfield
Le film d’horreur LE plus flippant de l’histoire du cinéma

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Que dire ? Un scénario des plus barrés, une réalisation à glaçer le sang, un mal indicible qui gronde et manipule les personnages tels des objets de fiction, un Sam Neill au sommet de son art, un Jurgen Prochnow diabolique, une Julie Carmen froide et parfaite dans ce rôle d’éditrice formatée par ce terrifiant Sutter Cane...

LE plus grand film qui ait été fait dans l’épouvante, le plus original et totalement barré. Malheureusement, les spectateurs n’ont pas suivit... mais même près de 20 ans après sa sortie, c’est toujours un pur chef d’oeuvre (le seul hommage viabe de Lovecraft au cinéma) :)

14 novembre 2011 à 21:11 | Par FandeBigJohnMasterofhorror

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 13744 photo 13745 photo 13746 photo 13747 photo 13748 photo 13749 photo 13750
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage