Critique de film

pub

American Nightmare

"American Nightmare"
affiche du film

Les ténèbres de la nuit d'Halloween tombent sur les Etats-Unis. Tandis qu'une macabre émission de radio diffuse les témoignages d'expériences sur la peur, sept amis, réunis dans un bar, jouent eux aussi à se ranconter des histoires terrifiantes. Après qu'ils se soient séparés, une tueuse sort de l'ombre. Celle-la même qui, un an plus tôt, massacra plusieurs étudiants. Prête à jouer avec ses victimes, et à leur faire regretter d'être venues au monde...

pub


Trailer - American nightmare (2002)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de American Nightmare - "Are you afraid ?" NO !
Par : Quentin Meignant
Tags : Slasher

Hallow’s Man, Suburban Nightmare, Fall down Dead,… autant de films que Jon Keeyes n’aurait pas eu le loisir de faire sans sa première œuvre, American Nightmare, qui, sans avoir fait beaucoup de bruit a quand même engendré de belles rentrées. Distribuée chez nous, cette série B, tendance Z, annonce fièrement sur sa pochette être un film « acclamé par la critique américaine ». Même s’il ne faut en général pas se fier aux phrases dithyrambiques visant une promotion néfaste, il faut bien avouer que de telles affirmations mettent l’eau à la bouche. Une tueuse sanguinaire qui décime la jeune population écervelée d’une ville la nuit d’Halloween, ça sent forcément le déjà-vu, mais si la mise en scène suit, le film peut se transformer en un slasher bien agréable.

Mais n’est pas Carpenter qui veut et, cette nuit d’Halloween signée par Keeyes tourne directement au cauchemar ... pour le spectateur. En effet, la première scène provoque directement l’hilarité tant l’amateurisme filtre au fil d’un montage grotesque et d’une mise en scène incroyablement brouillonne. Et ce n’est malheureusement qu’un début : après une ellipse d’un an même pas stipulée par un insert salvateur, on retrouve cette même tueuse prête à décimer un groupe de sept amis dans la même folie sanguinaire que lors du massacre précédent.

Keeyes intronise alors la pierre angulaire de son film, l’émission de radio « American Nightmare » animée par un pervers farfelu. Par le biais de ce dernier, le réalisateur cite de nombreuses références parmi lesquelles Psychose et sa fameuse scène de la douche. Allant même jusqu’à essayer de la reproduire, le cinéaste se vautre lamentablement dans une médiocrité sans nom nous entraînant dans de faux moments d’angoisse. Ces derniers, trop nombreux, au lieu de relever l’ensemble le minent plutôt et le rendent proprement soporifique. On perd dès lors très vite de vue la trame du film pour ne plus se concentrer que sur les trop nombreux défauts de l’ensemble. Outre les immenses problèmes de mise en scène, le piètre jeu des comédiens retient particulièrement l’attention. Avec des morts qui clignent des yeux, un mec qui se fait couper le sexe et ne crie même pas, le métrage touche carrément le fond.

Hormis une séquence de masturbation avec une lame de couteau, le scénario ne nous offre aucune gâterie ou surprise et nous propose même un pseudo-twist final complètement hors propos qui n’apporte que dégoût par rapport à l’ensemble. Après 1h30 de souffrances, le supplice s’achève et l’on trouve bien vite une place à ce film : la poubelle !

Commentaires sur le film

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

daube Daube !

27 juillet 2013 à 18:07

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 13572 photo 13573 photo 13574 photo 13575 photo 13576 photo 13577
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage