Critique de film

pub

All your Dead Ones

"Todos tus Muertos"
affiche du film

La routine matinale de Salvador, un fermier ordinaire, est brusquement interrompue lorsqu'il fait une sombre découverte: au milieu de son champ gît un tas de cadavres, méticuleusement empilés les uns sur les autres. Consterné, il compte bien avertir la police locale pour être débarrassé de ces intrus. Mais le moment est mal choisi; c'est le jour des élections municipales. Lorsque le maire et le lieutenant de police apprennent la nouvelle, ils vont tout faire pour intimider Salvador et sa famille afin que l'incident n'éclate pas au grand jour.

pub


Trailer - All your dead ones (2011)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Todos tus muertos - Charnier dans les bégonias
Par : Damien Taymans
Tags : NIFFF 2011

Un jour d’élection en Colombie, Salvador, un fermier dans la force de l’âge, découvre dans un de ses champs une montagne de cadavres trônant au sein d’une sorte de crop circle. Les autorités locales, bien trop occupées à leurs jeux politiques de celui-qui-sera-le-plus-corrompu, nient l’existence du massacre et s’échinent à étouffer cette affaire qui risque de monopoliser l’antenne d’une radio du cru...

Présenté en compétition internationale au NIFFF 2011, Todos tus muertos du Colombien Carlos Moreno avait déjà bénéficié d’une sortie remarquée lors du festival de Sundance, au même titre que Dog eat dog quelques années auparavant. Etrangement reversée dans un festoche dédié au genre fantastique, la pellicule s’affranchit pourtant des codifications du genre pour s’infiltrer dans le registre du drame aux effluves de polar. Des genres subordonnés au véritable objectif satirique du cinéaste qui ne désire rien tant avec son oeuvre que de dresser un portrait au vitriol de sa propre nation. Déchirée durant des décennies par les guerres civiles, les émeutes de Bogota et le règne de la peur imposé par les FARC, la Colombie est ici reproduite à l’échelle dans cette petite communauté encore et toujours gangrénée par la corruption et l’ultra-militarisation.

Et pour dénoncer les exactions répugnantes de sirupeux assoiffés de pouvoir, suintant de trouille devant cet événement aussi saugrenu qu’embarrassant, Moreno choisit une mise en scène ultra-stylisée, appuyée par une photographie classieuse. La fraicheur formelle contraste avec l’atmosphère politico-sociale nauséabonde, la tendre naïveté du héros de l’oeuvre s’oppose aux dégoulinantes tentatives de malversation du maire local et de sa milice musclée.

Todos tus muertos restitue le pouvoir à l’image, à la métaphore et à la suggestion, revigore l’académisme navrant du label "film d’auteur", destitue enfin la loi du cinéma sur-explicatif, impasse bêtifiante de nombreuses productions mainstream à destination des allergiques à la poésie. Et si Lars von Trier, Sono Sion et Carlos Moreno avaient été les vrais maîtres de cette onzième édition ? Rien n’est moins sûr...


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 24279 photo 24280 photo 24281 photo 24282 photo 24283 photo 24284
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage