Critique de film

pub

Alice au pays des merveilles

"Alice in Wonderland"
affiche du film

Lors d’une soirée mondaine, Alice est présentée à son fiancé (le fils de Lord Ascot) devant une foule d’invités, se retrouvant de fait un peu piégée. S’enfuyant avec le Lapin Blanc, elle retourne au Pays des Merveilles, qui a bien changé depuis sa dernière visite quand elle était jeune: devenu inquiétant et sombre, il vit sous la terreur du monstre Bredoulocheux lancé par la Reine Rouge. S’associant avec divers personnages, dont le Chapelier Toqué (avec qui on lui prête une amourette, paraît-il), Alice aura fort à faire pour tuer le monstre et libérer ce monde de la tyrannie de la méchante Reine, et libérer au passage la Reine Blanche. (Wikipedia)

pub


Trailer - Alice au pays des merveilles (2010)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique d’Alice au pays des merveilles - Suivez le lapin blanc...
Par : Damien Taymans

Publié en 1865, Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll connaît très tôt les faveurs de l’écran. En 1903, une première version muette est réalisée par Cecil Hepworth, suivie trente ans plus tard d’une seconde adaptation, en couleurs cette fois, des œuvres de Norman Z. McLeod. En 1951, les studios Disney reprennent à leur compte le roman du révérend anglais et le transposent dans un dessin animé qui conditionne les versions futures. Plus de cinquante ans plus tard, l’excentrique Tim Burton, toujours pour le compte de la production Disney avec laquelle il est sous contrat pour deux films, porte ce classique de la littérature enfantine à l’écran, cinq années après avoir immortalisé le best-seller de la littérature de jeunesse, Charlie et la Chocolaterie.

Désireux de rester fidèle à l’esprit de l’œuvre de Carroll, Burton emprunte autant à Alice au pays des merveilles qu’à sa suite romanesque, De l’autre côté du miroir. Pour l’heure, annonçant la métamorphose de la chenille bleue, le cinéaste opte pour une Alice aux portes de l’âge adulte qui, à l’image de son géniteur cinématographique, lutte contre le conformisme que lui imposent ses pairs. Pour échapper aux ronds de jambes de ses contemporains aristocrates, Alice suit le lapin blanc et plonge dans le terrier à sa suite, se retrouvant plongée pour la seconde fois dans le Pays des merveilles. En quête d’identité (est-elle la véritable Alice ?), la jeune femme traverse cet univers merveilleux peuplé de créatures fabuleuses afin de s’affirmer en tant que femme et de retrouver sa « plussoyance ». En filigrane de cette énième adaptation des romans de Carroll se dessine une fable d’un classicisme déconcertant qui traite de l’émancipation de la femme à travers le personnage d’Alice qui, en pleine période de transition, s’oppose aux règles séculaires de la société ploutocrate dans laquelle elle se sclérose. Ce non-conformisme trouve un pendant plutôt convaincant dans le monde à la fois ténébreux et lumineux, gothique et excentrique dépeint par Burton qui se montre fidèle à la noirceur baignant les écrits de Carroll.

Reconnu et acclamé pour ses prouesses visuelles, Burton s’illustre pour la première fois dans le domaine de la 3D qui a acquis depuis quelques années une nouvelle dimension. La nécessité de son utilisation ne semble cependant pas capitale, la stéréoscopie étant plus volontiers utilisée comme gimmick supplémentaire au mélange des animations et de prises de vue réelles. En effet, cette dichotomie formelle (pendant de celle symbolique de l’entièreté du métrage) suffit à entraîner le spectateur dans ce monde onirique si exotique (et par essence étrange) qu’il semble situé au croisement exact du rêve et du cauchemar. Les personnages entretiennent d’ailleurs la folie ambiante qui baigne Alice au pays des merveilles : de la reine rouge au crâne disproportionné et aux hurlements suraigus (Helena Bonham Carter surcharge son interprétation) au farfelu Chapelier campé par un Johnny Depp qui cabotine comme un beau diable, en passant par le machiavélique suppôt de la reine (Crispin Glover, le plus convainquant du métrage), toutes ces incarnations prolongent le surréalisme de cette bande qui a tendance à s’essouffler sur la durée et à ne plus faire complètement illusion.

En adoptant un angle original, Burton permet la redécouverte du royaume onirique de Lewis Carroll qui se voit souvent noyé dans l’esbrouffe visuelle du cinéaste qui sombre parfois dans l’excès et le tapage chromatique.


Critique de Alice au pays des merveilles - Conte artificiel
Par : Samuel Tubez

Voici donc que déboule sur nos écrans la très attendue plongée dans l’univers Carollien par l’homme aux cheveux fous (et aux idées folles), j’ai nommé Tim Burton. Une nouvelle adaptation qui est en quelque sorte le prolongement des deux bouquins écrits par Lewis Carroll (Alice au pays des merveilles et De l’autre côté du miroir, donc) où l’on retrouve une Alice désormais âgée de 19 ans qui est sur le point d’épouser un lord. Mais la jeune femme n’est pas encore prête à franchir le pas, et elle va plutôt mettre une fois de plus les pieds dans le terrier du Lapin blanc pour retrouver le monde fantastique de son enfance. Ses amis (Le Chapelier fou, La Chenille, Tweedledee & Tweedledum, etc. etc.) lui annoncent alors qu’elle va devoir affronter la Reine Rouge et son terrible Jabberwocky afin de mettre fin au règne de terreur dans le royaume.

Le titre du nouveau Burton aurait pu être « Alice au pays du numérique ». C’est que tout, absolument tout dans le film est numérisé : la moindre créature, le moindre animal et même les comédiens sont passés à la palette graphique (Alice grandit et rétrécit tout le long du métrage, La Reine Rouge a une tête disproportionnée,…). L’ensemble de ces effets sont dans l’ensemble réussis (Le Chat du Cheshire étant l’une des plus belles réussites de cette adaptation) mais hélas, l’ensemble nous laisse de marbre. Aucune émotion ne transparaît de cet amas d’effets numériques, et cette omniprésence d’artificialité nous fait ressentir le manque évident d’humanité de l’œuvre. Dépourvue d’un véritable souffle épique, les scènes s’enchaînent, guère rehaussées par une 3D anecdotique qui n’est au final qu’un argument commercial supplémentaire pour attirer les foules. Il est dès lors vivement conseillé d’opter pour une vision en version originale plutôt qu’en relief (le prix du ticket devrait vous en persuader sans mal), afin de profiter pleinement d’un casting vocal on ne peut plus luxueux. Signalons toutefois que la participation de Christopher Lee dans le rôle du Jabberwocky se limite à la déclamation de deux phrases, ni plus ni moins. Une contribution à l’image de cette commande pour Disney : vite faite, bien faite.

Dépourvu d’âme, Alice au pays des merveilles version Tim Burton est une indéniable déception débordante d’effets numériques. La sensationnelle aventure épique tant attendue n’est pas au rendez-vous et l’on prie pour que le réalisateur d’Edward aux mains d’argent revienne à l’avenir à des récits plus humbles et humains. Avec l’annonce du long métrage Frankenweenie ainsi que de la résurrection de La famille Addams en 3D, ça paraît mal barré. Burton est-il condamné à s’auto-parodier pour le reste de sa carrière ? Seul l’avenir nous le dira.


Commentaires sur le film

0 etoiles

1er septembre 2010 à 21:09
Comme j’aimerais avoir dix ans...

3 etoiles

La première fois que j’ai entendu causer de ce film, c’était au volant de ma caisse, en allant au turbin, avec l’auto-radio réglé sur France Culture : "... bah, c’est que du CGI.. y-a rien.. toute la poésie de l’oeuvre de Lewis passe à la trappe.. et patati et patata...". Bigre. Et puis voila-ti pas que je finis par voir le film en question.. et alors quoi ? Ben oui, Burton trouve dans Lewis le prétexte à créer un merveilleux voyage burtonien en CGI. En regardant la mouture, j’aimerais avoir dix ans. Tout simplement. Alors oui, ce n’est qu’un petit Burton pour les grands. Mais c’est un grand divertissement pour les petits. Bref, le bonhomme est capable de faire de la poésie avec tout.

6 mars 2013 à 17:03 | Par Fred Bau

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 13337 photo 13338 photo 13339 photo 13340 photo 13341 photo 13342 photo 13343 photo 13344 photo 13345
Voir la galerie complète

News associées (34)

novembre 2013
Johnny Depp a signé pour Alice au (...)
23/11/2013
juin 2010
Alice au Pays des Merveilles dépasse
2/06/2010
mars 2010
Alice cartonne en France !
29/03/2010
Deux extraits VF pour Alice au (...)
22/03/2010
Restauration pour le tout premier (...)
22/03/2010
Burton s’exprime au sujet de sa (...)
21/03/2010
Quatre clichés pour Alice au Pays (...)
6/03/2010
Une expo pour Alice au Pays des (...)
5/03/2010
Boycott de la Belgique pour Alice (...)
3/03/2010
février 2010
Un extrait pour Alice au Pays des (...)
27/02/2010
Des images et une vidéo pour Alice (...)
24/02/2010
Photos et affiches pour Alice au (...)
23/02/2010
Le clip d’Avril Lavigne pour Alice (...)
20/02/2010
Deux vidéos pour Alice au Pays des (...)
13/02/2010
Trailer - Alice au pays des merveilles
11/02/2010
Photos - Alice au pays des merveilles
11/02/2010
Deux spots TV pour Alice au Pays (...)
9/02/2010
Sortie avancée pour Alice au Pays (...)
4/02/2010
Nouvelle photo pour Alice au Pays (...)
4/02/2010
Affiches françaises pour Alice au (...)
3/02/2010
janvier 2010
Des photos pour Alice au Pays des (...)
27/01/2010
Nouvelle vidéo du Chapelier Fou (...)
22/01/2010
Nouvelle image du Chapelier Fou (...)
16/01/2010
Longue bande-annonce pour Alice (...)
13/01/2010
Quatre affiches pour Alice in (...)
8/01/2010
Première photo du Chapelier Fou (...)
8/01/2010
décembre 2009
Une affiche pour Alice in Wonderland
28/12/2009
Trailer VOST pour Alice au Pays (...)
25/12/2009
Deux images pour Alice au Pays (...)
24/12/2009
Bande-annonce VF pour Alice au (...)
20/12/2009
novembre 2009
Deux affiches pour Alice au Pays (...)
18/11/2009
Nouveau trailer pour Alice au (...)
4/11/2009
octobre 2009
Affiche française finale pour (...)
31/10/2009
décembre 2008
Alan Rickman se confie au sujet (...)
26/12/2008
octobre 2008
Alice in Wonderland
1er/10/2008
mars 2008
Tim Burton fait alliance avec (...)
28/03/2008

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage