Critique de film

pub

Albator, Corsaire de l'Espace

"Space Pirate Captain Harlock"
affiche du film

2977. Albator, capitaine du vaisseau Arcadia, est un corsaire de l’espace. Il est condamné à mort, mais reste insaisissable. Le jeune Yama, envoyé pour l’assassiner, s’infiltre dans l’Arcadia, alors qu’Albator décide d’entrer en guerre contre la Coalition Gaia afin de défendre sa planète d’origine, la Terre.

pub


Trailer - Albator, Corsaire de l’Espace (2013)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique d’Albator, Corsaire de l’espace - A l’abordage !
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2014

Devenue planète interdite pour les humains éparpillés dans l’espace par la Coalition GAIA, la Terre n’a plus assez de ressource pour accueillir tous ces migrants. Mais un trublion, avide de liberté, résiste encore et toujours à l’instigateur de cette loi. Son nom : Albator. Condamné à mort depuis de nombreuses années, il reste insaisissable et sème le trouble avec son navire Arcadia. Et rêve en secret de retourner sur la planète bleue en compagnie de ses coreligionnaires...

Depuis sa naissance dans le manga de Leiji Matsumoto, en 1969, Albator n’a pas pris une ride. Le corsaire de l’espace a même gagné en élégance au fil des ans et des mediums qu’il a envahis : outre les séries animées de 1978 et 1980, le pirate a connu effectué la navette au cinéma (Albator, Le Mystère de l’Atlantis) et en séries OAV (Harlock Saga) et s’offre pour la première fois de sa longue carrière un lifting en images de synthèse et stéréoscopie. Et en prime, un petit reboot cinématographique avec une exploration des origines du héros. Très tendance, Albator, Corsaire de l’espace laisse pourtant - ce qui ne déplaira pas aux puristes - son personnage principal dans l’ombre au profit de seconds couteaux notoires comme Miimé, l’alien fidèle du corsaire, ou Yattaran, l’armurier du vaisseau. Mais la véritable vedette de cette adaptation est le jeune espion Yama, mandaté par la Coalition GAIA pour mettre à jour les plans d’Albator, relégué dans l’ombre et scotché dans son trône durant une bonne moitié du récit.

Autour de ce prince des élégances rasé de près et la cicatrice lustrée des coalitions se mettent en place, des amitiés naissent, des inimitiés s’avivent, des trahisons se fomentent avec, comme nœud de discordes, le sort réservé à la planète bleue, Eden que tous rêvent de conquérir à nouveau. Au prix d’une certaine confusion, le scénario convie le néophyte comme l’aficionado à travers de multiples intrigues et sous-intrigues, de temps en temps caressées ou développées à l’envi, au risque de se répéter. L’emphase du space opera, pourtant maîtrisé au niveau de sa mise en images, se perd dans ces embrouillaminis scénaristiques qui tous convergent pourtant vers un même but : transmettre un message écologique et philosophique sacrément naïf.

Qu’importe finalement puisque le contrat de Shinji Aramaki (Appleseed Ex-Machina) s’avère majoritairement rempli. le ténébreux Albator conquiert derechef grâce à la qualité de la performance capture et le soin apporté à son personnage torturé, les batailles intergalactiques en envoient plein les mirettes et l’ensemble répond aux attentes des plus jeunes comme des nostalgiques de la génération Albator. Le corsaire est sans doute reparti pour l’infini et au-delà...


Critique de Albator, corsaire de l’espace - Eternel recommencement
Par : Samuel Tubez
Tags : Animation

Les héros de manga aussi ont bien droit à leurs remakes et autres reboot ! Ainsi, le célèbre corsaire de l’espace créé par Leiji Matsumoto trouve une seconde jeunesse (45 ans tout de même !) dans ce film d’animation en images de synthèse qui revient sur les prémices de la légende Albator.

2977. La planète Terre ne dispose plus d’assez de ressources pour héberger l’Humanité. Albator, corsaire de l’espace condamné à mort qui demeure insaisissable, vogue à bord de son vaisseau, l’Arcadia, et s’apprête à affronter la coalition GAIA. Le jeune Yama, qui est le frère de l’amiral en chef des forces spatiales terriennes, est envoyé par cette dernière pour infiltrer l’équipage, détruire le vaisseau et tuer Albator. Yama ne tarde pas à apprendre quel est le but d’Albator : implanter la dernière bombe permettant de couper les liens temporels de l’univers…

Dirigé par l’expert en japanimation à tendance numérique Shinji Aramaki(Appleseed Ex Machina), cet Albator nouvelle génération affiche une direction artistique plutôt époustouflante. Malgré quelques rendus parfois trop lisses et des faciès pas toujours très convaincants (en ce qui concerne les membres de la coalition GAIA, notamment), l’esthétique fait parfois preuve d’un très grand réalisme et flirte souvent avec l’excellence. Les séquences d’action, dignes des plus grands space opera, enthousiasment au plus haut point tandis que notre pirate de l’espace s’avère toujours aussi charismatique et iconique. Mais sa personnalité torturée ainsi que sa quête idéaliste, comprenant la thématique de l’éternel recommencement, si elle regorge de moments de bravoure, nous laisse hélas un peu de marbre. Le point faible se situe indéniablement du côté du scénario et de l’émotion, l’histoire étant inutilement alambiquée et accumulant même certaines redites. Les plus nostalgiques regretteront également le manque de mélancolie qui faisait tout le sel de l’œuvre originale et qui n’est que trop rarement retransmise au travers des personnages et de leurs comportements. L’accent est exclusivement mis sur l’action et les longs dialogues verbeux, ce qui découragera les plus jeunes et décevra les fans de la première heure. Ceci dit, le plaisir est tout de même bien présent et l’on plongerait volontiers dans de futurs épisodes, l’Arcadia pouvant, grâce à sa matière noire, encore indéfiniment voguer vers de nouvelles aventures.

Dans l’ensemble visuellement somptueux, cet « Albator next gen » prouve que le capitaine a encore de belles aventures à vivre sur nos écrans à condition toutefois de ne pas trop sacrifier son aura si particulière au profit de l’action et d’enjeux rendus inutilement complexes. Gardons les mêmes et revenons à l’essentiel !


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 44965 photo 44964 photo 44963
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage