Critique de film

pub

A la poursuite de demain

"Tomorrowland"
affiche du film

Casey, une adolescente brillante et optimiste, douée d’une grande curiosité scientifique, et Frank, un homme qui fut autrefois un jeune inventeur de génie avant de perdre ses illusions, s’embarquent pour une périlleuse mission. Leur but : découvrir les secrets d’un lieu mystérieux du nom de Tomorrowland, un endroit situé quelque part dans le temps et l’espace, qui ne semble exister que dans leur mémoire commune... Ce qu’ils y feront changera à jamais la face du monde…et leur propre destin !

pub


Trailer - A la poursuite de demain (2015)
Par : Samuel Tubez

Les critiques à propos de ce film

Critique de Tomorrowland - Steamboy and optimistic girl
Par : Samuel Tubez
Tags : Aventure, Robots, Anticipation

Trop vite comparé à un Pirates des Caraïbes servant la soupe aux parcs Disney (Tomorrowland étant inspiré de leur section dédiée aux grands visionnaires, renommée Discoveryland à Disneyland Paris), le nouveau film de Brad Bird cache un divertissement de haute volée délicieusement rétrofuturiste et apocalyptique.

Après s’être fait refuser son admission à l’exposition universelle où il souhaitait présenter son jetpack fait maison, Frank pénètre avec l’aide de la mystérieuse Athena dans un univers parallèle à la pointe de l’évolution. Des années plus tard, Casey, une ado brillante et déterminée (elle est capable de pirater une rampe de lancement pour fusées à Cap Canaveral !), découvre à son tour ce monde alternatif par le biais d’un pin’s au pouvoir étrange. Retrouvant un Frank devenu adulte et désillusionné, les deux surdoués sont embarqués dans une course-poursuite où, tout en essayant d’accéder à Tomorrowland, ils tenteront de réparer le monde qui court à sa perte…

Une « élue » va découvrir un univers merveilleux, apprendre qu’elle est en mesure de sauver le monde, blablabla, on commence à connaître le refrain par cœur ! Si ce n’est que l’on n’est pas ici en présence de l’un de ces blockbusters aseptisé pour ado déprimé en mal d’amour. Non, l’indestructible Brad Bird et le scénariste Damon Lindelof ont plutôt opté pour le divertissement intelligent capable de toucher tous les publics pour l’embarquer dans une aventure folle et trépidante. Bref, nous faire retomber en enfance avec son futur merveilleux, ses robots fantastiques et ses circuits aériens formidables…en apparence ! Car le rêve est vite rattrapé par la réalité dans Tomorrowland (ou A la poursuite de demain en bon français) et la chimère futuriste pourrait s’avérer inaccessible. Certes, le film affiche au final un message écolo-optimiste appuyé et le scénario s’avère parfois (volontairement) confus, mais il a l’intelligence de remettre tout de même gentiment l’humain à sa place tout en offrant un spectacle trépidant de bout en bout. Le savoir-faire de Brad Bird et de son équipe artistique ont fait des merveilles sur le plan visuel et les séquences d’action sont tout à fait savoureuses au sein de cette aventure conservant l’énergie folle issue des meilleures créations animées du cinéaste (Les indestructibles en tête). D’une séquence en jetpack trépidante en guise d’ouverture à un décollage de fusée en hommage à Jules Verne en passant par une course-poursuite inventive dans une maison piégée, Tomorrowland fourmille d’idées, affichant une esthétique rétrofuturiste riche et cohérente, se moquant gentiment au passage des fans de Star Wars et rendant surtout grâce aux pionniers de la science-fiction et autres inventeurs historiques que sont donc Jules Verne, Nikola Tesla ou encore Thomas Edison. Un univers dense, donc, dans lequel évoluent des personnages construits et touchants, issus d’un casting essentiellement juvénile où l’on admire le très jeune mais touchant Thomas Robinson (aperçu dans des séries telles que The Protector ou Heroes), l’impressionnante Raffey Cassidy (qui campait une jeune Blanche-Neige dans le film de Rupert Sanders) ou la désopilante Britt Robertson (Under the Dome). Et Mr Clooney dans tout ça ? Il fait parfaitement le boulot, grandement aidé par l’écriture de son personnage au background tangible. Un divertissement à message qui s’avère trépidant tout en mettant en scène des personnages principaux qui ne sont pas là que pour amuser la galerie ou cachetonner, le tout sous l’égide des studios Disney ? Vous en rêviez ? Brad Bird l’a fait !

« L’attraction » Tomorrowland devient ainsi sur écran une aventure des plus plaisantes possédant une fantaisie grisante et même un ton romanesque étonnant pour ce type de produit. Brad Bird confirme donc à merveille ses talents de cinéaste live qui n’aura rien perdu de sa folie créatrice et de son énergie acquises dans ses créations animées. Un bonheur de cinéma grand public !


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 50773 photo 50772 photo 50771 photo 50770 photo 50769 photo 50768
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage