Critique de film

pub

1 (One)

"1 (One)"
affiche du film
  • Année de production : 2009
  • Réalisateurs : Pater Sparrow
  • Scénaristes : Judit Goczan, Bela Hamvas, Stanislaw Lem, Pal Zavada, Pater Sparrow
  • Acteurs : Zoltan Mucsi, Laszlo Sinko, Pal Macsai
  • Musique : Dom, Spaso, Dávid Szesztay
  • Genre : Thriller
  • Pays d'origine : Hongrie
  • Durée : 1h31
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses : Meilleur acteur (Zoltán Mucsi) et meilleur réalisateur au Festival de Fantasporto 2010 Meilleur long-métrage au Granada International Festival of Young Filmmakers 2009 Meilleur design aux Hungarian Film Critics Awards 2010 Meilleur photographie, meilleur montage, meilleurs effets visuels, meilleure production et prix du jury étudiant à l'Hungarian Film Week 2010 Meilleur réalisateur à la Málaga International Week of Fantastic Cinema 2010

Au XXIe siècle, quelque part en Europe de l’Est. Une librairie célèbre pour ses ouvrages rares se retrouve mystérieusement et intégralement remplie de copies d’un livre intitulé 1 qui ne semble avoir ni éditeur, ni auteur. Cet étrange almanach décrit ce qui arrive à l’humanité toute entière en l’espace d’une minute. Une enquête de police démarre et le personnel de la librairie est mis au secret par le bureau de recherches paranormales (RDI Reality Defense Institute). Alors que l’investigation avance, le cas devient de plus en plus complexe et le livre de plus en plus célèbre, déclenchant des polémiques multiples.

pub


Trailer - 1 (2009)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de 1 - Non-sens hypnotique
Par : Quentin Meignant
Tags : Psychologique, Comédie

Présenté en compétitions Méliès et 7ème Parallèle lors du BIFFF 2010, 1, le film du hongrois Pater Sparrow, n’aura finalement rien remporté mais aura eu le mérite d’interpeller l’assistance bruxellois par un traitement tout particulier. Habitué à livrer des œuvres incomprises, voire parfois incompréhensibles, le cinéaste n’en est en effet pas à son coup d’essai puisque, avec ses courts Recycled/Pro-Reo-Neo et T ?ick, il avait déjà chamboulé les foules en livrant des ensembles auteurisants pas facilement abordables. L’action de 1 prend place quelque part en Europe de l’Est au cours du XXIème siècle où une librairie célèbre pour ses ouvrages rares se retrouve mystérieusement et intégralement remplie de copies d’un livre intitulé 1 qui ne semble avoir ni éditeur, ni auteur. Cet étrange almanach décrit ce qui arrive à l’humanité toute entière en l’espace d’une minute. Une enquête de police démarre et le personnel de la librairie est mis au secret par le bureau de recherches paranormales (RDI Reality Defense Institute). Alors que l’investigation avance, le cas devient de plus en plus complexe et le livre de plus en plus célèbre, déclenchant des polémiques multiples.

Surréaliste dès son entame, 1 est le type même du véritable ovni cinématographique qui a pour seule justification la vision de l’auteur sur tel ou tel sujet. Dans ce cas, le métrage de Pater Sparrow s’intéresse au non-sens de la vie dans ce qu’il a de plus troublant, sans autre forme de procès et sans explication tangible. C’est d’ailleurs sous le couvert du non-sens scénaristique que le cinéaste propose son œuvre, tant celle-ci, auteurisante à souhait, ne semble mener nulle part, tout en engendrant une véritable réflexion.

Ultra-complexe et très dense, le script se résume pourtant à fort peu de chose : un mystère insoluble qui, petit à petit, fait plonger les différents protagonistes dans la folie la plus totale. Cela suffit néanmoins à Sparrow à mettre en image une œuvre visuellement complète et totalement hypnotique qui connaît son apogée dans son dernier quart, perdant le spectateur dans les méandres du surréalisme. Jouant sur une palette de couleurs et une luminosité marquante, le réal instille à 1 un caractère quasi-crépusculaire doublé d’une certaine irrévérence filmique qui fait de l’ensemble un produit unique.

Incompréhensible pour beaucoup, 1 est une réalisation difficilement cernable qui flirte constamment avec l’ennui sans jamais tomber dans son piège. Hypnotique à souhait, cette bande surréaliste et auteurisante s’avère être un véritable ovni au (non-)sens particulièrement bien caché. Si le but de Sparrow était d’interpeller ses spectateurs, la mission est accomplie avec brio.

EVENTS - Japan Expo Belgium
Par : Quentin Meignant

Si le site de Tour & Taxis reste, depuis quelques années, irrémédiablement lié au BIFFF pour tous les fantasticophiles belges et européens, c’est le lieu qui a été choisi par les organisateurs de la Japan Expo pour donner lieu au premier événement belge du nom.

Au programme, comme dans toutes les Japan Expo : séances de dédicaces, matches de catch, démonstrations d’arts-martiaux ou encore concerts de J-Pop. En ce sens, cet événement long de trois jours est censé faire mieux qu’AsiaMania, en mélangeant les registres et en rendant grâce une fois pour toutes aux produits nippons ainsi qu’à tous les arts nationaux.

Cette première édition, c’est aussi l’occasion de retrouver tous nos vendeurs préférés, qu’ils soient éditeurs ou bibliothécaires et, à ce titre, Slumberland, l’un des partenaires principaux de la manifestation, a mis les petites plats dans les grands en proposant un vaste espace manga, toujours sous la coupe de la promotion "3+1 gratuit". Cet endroit, dédié aux bonnes affaires et aux oeuvres mal distribuées chez nous (quelques petites perles sont trouvables au rayon Seinen), est assez unique en son genre car la Japan Expo reste une histoire de gros sous.

Si Glénat offre bien quelques cadeaux dans un stand tout aussi vaste, les autres en sont réduits à de minuscules cases, coûts mirobolants de location obligent, et l’absence d’une entreprise comme BD World se faire rapidement remarquer. Qu’à cela ne tienne, la bonne humeur reste de mise dans les divers stands où vous pouvez aussi vous abreuver en eau au litchi, à la citronelle ou vous acheter des goodies en tout genre (sacs Naruto, peluche pikachu, coussins anti-stress en forme de panda ou bonnets hauts en couleurs), de quoi régaler tous les asiatophiles en ce week-end si particulier.

Allant de droite à gauche et de haut en bas au fil d’un planning bien chargé (que vous pouvez retrouver en lien PDF ci-dessous) à travers des allées plutôt bien achalandées malgré leur étroitesse, le moment vaut le détour malgré les faiblesses de cette organisation naissante.

Hormis un espace jeux vidéos foutrement mieux organisé que les autres, les décideurs ont dû composer avec les locaux de Tour & Taxis, certes toujours aussi impressionnants, mais pas si facielement modulables. Takashi Okazaki s’est ainsi retrouvé réduit à signer des autographes sur une table branlante dans un couloir entre la micro-salle de projection et la mini-scène de conférence, tandis que le seul petit bar comptait plus de serveuses que de tables dans un espace pour très dégagé où l’on aurait pu restaurer plus de visiteurs.

Si l’expérience Japan Expo reste un must en soi pour tous les geeks, otakus ou, même pour les curieux d’un jour, et permet de passer une journée de distraction plus qu’estimable, il faudra encore une petite période de rodage à l’organisation belge afin de gommer les imperfections.

Pour rappel, le première Japan Expo Belgium se déroule donc depuis hier et jusque dimanche sur le site de Tour & Taxis, Avenue du Port, 1000 Bruxelles.

Pour plus d’informations, visitez SITE OFFICIEL de l’événement.

PDF concernant le programme de samedi et dimanche.

PDF concernant le plan des lieux (quelques changements ont été apportés).

PHOTOS

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 27137 photo 27138 photo 27139 photo 27140 photo 27141 photo 27142 photo 27143
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage